Aller au contenu principal

Amélia Muge & Μιχάλης Λουκοβίκας [Michálīs Loukovíkas] • Nostalgia. Cantar de emigração

27 avril 2020

Este parte, aquele parte
e todos, todos se vão
Galiza ficas sem homens
que possam cortar teu pão
Rosalía de Castro (1837-1885). Adaptation portugaise José Niza (1938-2011). Cantar de emigração (1880, adaptation 1970). Extrait.

Celui-ci part, celui-là part
Et tous et tous ils s’en vont
Galice, tu restes sans hommes
Qui puissent couper ton pain

Nostalgia se trouve dans l’un des deux albums luso-grecs qu’Amélia Muge (voir : Amélia Muge | Havemos de nos ver outra vez) a conçus et enregistrés en collaboration avec le musicien grec Μιχάλης Λουκοβίκας [Michálīs Loukovíkas]. C’est un titre en deux parties, l’une grecque, sous-titrée Το παράπονο του μετανάστη (« la plainte de l’immigrant »), la seconde portugaise, sous-titrée Cantar de emigração (« Chant d’émigration »).

C’est ce volet portugais qu’on peut entendre ci-dessous. Sa composition évoque la technique de collage largement employée par Lula Pena pour son chef-d’œuvre Troubadour (2010) : on y trouve en effet, entrelacés avec du matériau original des deux musiciens, des bribes de deux œuvres préexistantes : le lancinant Cantar de emigração, sur un poème de la Galicienne Rosalia de Castro évoquant l’émigration massive des travailleurs galiciens vers l’Amérique latine au XIXe siècle (« Este parte, aquele parte… »), et Run Run se fué pa’l Norte, de Violeta Parra – dont le sujet n’est pourtant pas à proprement parler l’émigration. On y distingue en outre un écho de Sodade, la chanson cap-verdienne popularisée par Cesária Évora.


Amélia Muge & Μιχάλης Λουκοβίκας [Michálīs Loukovíkas]Nostalgia. Cantar de Emigração. Amélia Muge & Μιχάλης Λουκοβίκας [Michálīs Loukovíkas]. Contient des extraits de :
Cantar de emigração. Poème original de Rosalía de Castro ; José Niza, adaptation portugaise et musique.
Run Run se fué pa´l Norte. Violeta Parra, paroles & musique.
Amélia Muge, Μιχάλης Λουκοβίκας [Michálīs Loukovíkas], Teresa Campos, Rita Maria & Catarina Moura, chant ; Amélia Muge, guitare « braguesa », percussion ; Μιχάλης Λουκοβίκας [Michálīs Loukovíkas], percussion, accordéon ; António Quintino, contrebasse ; Ricardo Parreira, guitare portugaise… et d’autres.
Extrait de l’album Archipelagos : passagens / Amélia Muge, Michales Loukovikas. Portugal, ℗ 2018.

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :