Aller au contenu principal

C’est encore l’été : dansons le mambo…

22 août 2021

… avec l’ineffable Dario Moreno !

Voulez-vous danser avec moi ? (1959). Extrait. Michel Boisrond, réalisation ; d’après le roman The blonde died dancing de Kelley Roos ; Annette Wademant, Louis C. Thomas, Gérard Oury, Francis Corse, Jean-Charles Tacchella, Michel Boisrond, adaptation ; Annette Wademant, dialogues ; Henri Crolla & André Hodeir, musique originale. Titre italien : Sexy girl.
Distribution : Brigitte Bardot (Virginie Decauville-Lachenée, la femme du dentiste)) ; Dario Moreno (M. Florès, le mari d’Anita) ; Henri Vidal (Hervé Dandieu, dentiste et mari de Virginie) ; Noël Roquevert (Albert Decauville-Lachenée, industriel et père de Virginie) ; Dawn Addams (Anita Florès, la maître-chanteuse…
Tournage : 1959. Production : France, Francos-Films (Paris) ; Italie, Vides Cinematografica (Roma), 1959. Sortie : 1959 (France), 1960 (Italie).
Thème musical :

Cha-cha flores. Henri Crolla, musique.
Orchestre non identifié.
France, ℗ 1959.

Amália Rodrigues • Verde pino, verde mastro

21 août 2021

Que onda redonda eu era para ele
Quando, fagueiro, desejo nos levava,
Ao lume de água e à flor da pele
Pelo tempo que mais tempo desdobrava!
Alexandre O’Neill (1924-1986). Letra para um fado (Verde pino, verde mastro) (1973).

Pour lui, je me cabrais comme la vague
Quand le gonflement du désir nous emportait,
Dans l’éclat de l’eau et à fleur de peau
Et le temps alors infiniment se dépliait !

Voici, dans l’abondante discographie d’Amália Rodrigues, un enregistrement aussi singulier qu’étonnnant. Réalisé en 1973, Verde pino, verde mastro (« Vert pin, vert mât ») n’a paru qu’en 1997 dans Segredo, dernier album d’inédits publié du vivant de la fadiste (là n’est pas l’étonnant : Amália enregistrait beaucoup, souvent d’ailleurs en dehors de tout projet éditorial précis — trois chansons par ci, une ou deux autres par là —, de sorte que certains titres étaient finalement laissés pour compte et parfois oubliés de la chanteuse elle-même). La musique d’Alain Oulman, plutôt réussie, ne se signale ni par une forme ni par une esthétique particulières ; tout juste notera-t-on qu’elle est arrangée dans le style de la « Chanson de Coimbra » et non dans celui du Fado de Lisbonne.

L’étonnant, c’est le texte, au caractère érotique affirmé.

Ce texte reprend intégralement, à un vers près, le poème Letra para um fado (« Paroles pour un fado »), publié en 1973 dans le quotidien A Capital (hostile au régime) par Alexandre O’Neill, l’un des plus notables poètes portugais de la seconde moitié du XXe siècle. À cette date, Amália compte à son répertoire deux de ses poèmes : le célèbre Gaivota, écrit pour elle, et l’impertinent Formiga bossa nossa.

Letra para um fado est une sorte de pastiche, ou plutôt d’évocation, d’un genre poétique médiéval pratiqué par les troubadours de Galice et du Portugal, appelé cantiga de amigo (« chanson d’ami »). Le sujet poétique en est une femme amoureuse, privée de son « ami », tourmentée par son absence. Dans l’une des plus célèbres de ces chansons, Ai, flores do verde pino composée par le roi-poète Dom Diniz (Denis 1er de Portugal, 1261-1325), la dame implore les « fleurs du pin vert » de lui dire ce qu’elles savent du sort de son ami :

Ai flores, ai flores do verde pino,
se sabedes novas do meu amigo?
Ai Deus, e u é?
Denis 1er de Portugal (1261-1325). Ai, flores do verde pino, cantiga de amigo

Ah fleurs, fleurs du pin vert,
Avez-vous des nouvelles de mon ami ?
Ah Dieu, et où est-il ?

Les fleurs du poème de Dom Diniz répondent et rassurent la dame : E eu bem vos digo que é san’e vivo / e será vosco ant’o prazo saído (« Je vous le dis, il est sain et sauf / et il sera vôtre avant le temps fixé »). Dans celui d’Alexandre O’Neill la dame n’espère rien des fleurs et n’a d’autre confidente qu’elle-même — et que le pin, « vert mât, dressé de la terre jusqu’au ciel ».

Amália Rodrigues (1920-1999)Verde pino, verde mastro. Alexandre O’Neill, paroles ; Alain Oulman, musique.
Amália Rodrigues, chant ; José Fontes Rocha & Carlos Gonçalves, guitare portugaise ; Pedro Leal, guitare ; Joel Pina, basse acoustique.
Enregistrement : Paço d’Arcos (Portugal), studios Valentim de Carvalho, 1973.
Première publication dans l’album Segredo / Amália Rodrigues. Portugal, Valentim de Carvalho, ℗ 1997.


Não há flor do verde pino que responda
A quem, como eu, dorme singela.
O meu amigo anda no mar e eu já fui onda,
*Marinheira e aberta.
**Espraiada a seu gosto, alteada em procela!

Il n’est fleur du pin vert qui réponde
À celle qui, comme moi, dort solitaire.
Mon ami est en mer ; et jadis je fus onde
*Marine et ouverte.
**Déferlant doucement ou hérissée d’écume !

Pesa-me todo este corpo que é o meu
Represado como água sem destino.
Anda no mar o meu amigo, ó verde pino,
Ó verde mastro da terra até ao céu.

Comme il me pèse, ce corps qui est le mien,
Tenu en chasteté, comme une eau dormante !
Mon ami est en mer, ô pin vert,
Ô vert mât, dressé de la terre jusqu’au ciel.

Soubera eu do meu amigo,
E não estivera só comigo!

Ah ! Qui m’apportera des nouvelles de mon ami !
Ah ! Ne plus m’avoir pour seule compagnie !

Que onda redonda eu era para ele
Quando, fagueiro, desejo nos levava,
Ao lume de água e à flor da pele
Pelo tempo que mais tempo desdobrava!

Pour lui, je me cabrais comme la vague
Quand le gonflement du désir nous emportait,
Dans l’éclat de l’eau et à fleur de peau
Et le temps alors infiniment se dépliait !

E como, da perdida donzelia
Me arranquei para aquela tempestade
Onde se diz, duma vez, toda a verdade,
Que é a um tempo, verdade e fantasia!

Ah, comme, de la virginité perdue,
Je me suis arrachée pour cette tempête
Où éclate soudain toute la vérité,
Qui est à la fois vérité et fantasme !

Soubera eu do meu amigo,
E não estivera só comigo!

Ah ! Qui m’apportera des nouvelles de mon ami !
Ah ! Ne plus m’avoir pour seule compagnie !

Que sou agora, ó verde pino, ó verde mastro
Aqui prantado e sem poderes largar?
Na mágoa destes olhos, só um rastro
Da água verdadeira doutro mar…

Que suis-je à présent, ô pin, ô mât vert,
— Toi, planté en terre et privé du grand large ?
Le chagrin de mes yeux n’est rien qu’une coulée
De la vraie eau, celle de l’autre mer…

Soubera eu enfim do meu amigo,
E não estivera só comigo, em mim!

Ah ! Qui m’apportera enfin des nouvelles de mon ami !
Ah ! Ne plus être, en moi, ma seule compagnie !
Alexandre O’Neill (1924-1986). Letra para um fado (Verde pino, verde mastro) (1973).
* 4e vers tel qu’il est chanté.
** 4e vers du poème original.
.
Alexandre O’Neill (1924-1986). Paroles pour un fado (Pin vert, vert mât), trad. par L. & L. de Letra para um fado (Verde pino, verde mastro) (1973).
* 4e vers tel qu’il est chanté.
** 4e vers du poème original.

Alexandre O'Neill (1924-1986). Poesias completas, Assírio & Alvim, 2000.
Alexandre O’Neill (1924-1986). Poesias completas, Assírio & Alvim, 2000.

Alexandre O’Neill est l’un des fondateurs du Groupe surréaliste de Lisbonne en 1947, mouvement dont il se détache ensuite. Très peu traduit en français, on trouve cependant quinze de ses poèmes dans l’Anthologie de la poésie portugaise contemporaine, 1935-2000, choix et présentation de Michel Chandeigne, Gallimard, 2003.

Importance du macaroni

20 août 2021

Se vuoi vincere la guerra
sia per mare sia per terra
fai in maniera che i cannoni
siano pieni di maccheroni

Si tu veux gagner la guerre,
Sur mer autant que sur terre,
Fais en sorte que tes canons
Soient remplis de macaronis.

Coro della SAT [Società degli Alpinisti Tridentini]Era nato poveretto. Paroles & musique traditionnelles (Italie, Trentin) ; Arturo Benedetti Michelangeli, harmonisation.
Coro della SAT, chœur ; Mauro Pedrotti, direction.
Italie, ℗ 1958.

Nos stocks sont-ils suffisants ? Surtout : sommes-nous autonomes quant aux moyens de production ? Ne sommes nous pas en situation de dépendance vis-à-vis de l’Italie ? Ou, comme pour toute chose désormais, de la Chine ? De la Corée ou de quelque autre puissance orientale ? De l’Ukraine, du Canada quant à la matière première ? On ne va pas nous refaire le coup des masques, n’est-ce pas ?


Era nato poveretto
senza casa e senza tetto
ha venduto i suoi calzoni
per un piatto di maccheroni

Il était pauvre de naissance,
N’ayant ni toit ni maison.
Il vendit son pantalon
Pour un plat de macaronis.

Era nato in quel di Napoli
lo tenente era di Sassari
e si davan dei lapponi
per un piatto di maccheroni

Il était né du côté Naples,
Le lieutenant était de Sassari,
Ils se donnaient de grandes claques
Pour un plat de macaronis.

Un gran piatto d’insalata
quattro uova e una frittata
e sessantasei vagoni
tutti pieni di maccheroni

Une grande assiette de salade,
Quatre œufs, une omelette
Et soixante-six wagons
Tous remplis de macaronis.

Se vuoi vincere la guerra
sia per mare sia per terra
fai in maniera che i cannoni
siano pieni di maccheroni

Si tu veux gagner la guerre,
Sur mer autant que sur terre,
Fais en sorte que les canons
Soient remplis de macaronis.
Anonyme (Italie, Trentin). Era nato poveretto (per un piatto di maccheroni).
.
Anonyme (Italie, Trentin). Il était pauvre de naissance (pour un plat de macaronis), trad. par L. & L. de Era nato poveretto (per un piatto di maccheroni) (1962?).

.

.

Passo Vezzena (Levico Terme, TR, Italia) = col Vezzena (Levico Terme, Trentin, Italie), 4 juillet 2021

Chachachá

7 août 2021

Goffart, J. L. et Guillot, J. R., [Melons], gravure, dans : la Revue horticole, 1903. Source : Hortalia, bibliothèque numérique de la Société nationale d'horticulture de France
Goffart, J. L. et Guillot, J. R., [Melons], gravure, dans : la Revue horticole, 1903. Source : Hortalia, bibliothèque numérique de la Société nationale d’horticulture de France.

Pourtant ce n’est pas une année à melons ; ils n’ont aucun goût, sinon celui de la courge, du navet. Même en Italie, ils étaient sans force.

Quelle triste époque.

Gloria Lasso (1922-2005)Corazón de melón. Carlos Rigual, paroles & musique.
Gloria Lasso, chant ; accompagnement d’orchestre ; Franck Pourcel, direction. Enregistrement : France.
Première publication : France, Pathé-Marconi, ℗ 1959.

Une musique inoubliable

6 août 2021

« Boa viagem, Lisboa espera por ti » (Bon voyage, Lisbonne t'attend). Lisbonne (Portugal), belvédère de Senhora do Monte, 17 mars 2011.
« Boa viagem, Lisboa espera por ti » (Bon voyage, Lisbonne t’attend). Lisbonne (Portugal), belvédère de Senhora do Monte, 17 mars 2011.

Les Lisboètes font souvent allusion à un sentiment, une humeur, qu’ils appellent « saudade », que l’on traduit habituellement par nostalgie, ce qui est incorrect. La nostalgie évoque un confort, une indolence que Lisboa n’a jamais connus. Vienne est la capitale de la nostalgie. Lisboa a toujours été trop agitée par les vents pour être nostalgique.
La « saudade », décidai-je en buvant un deuxième café et en observant les mains d’un ivrogne arranger soigneusement l’histoire qu’il était en train de raconter comme s’il classait une pile d’enveloppes, la « saudade » était le sentiment de rage éprouvé au son des mots « trop tard » prononcés trop calmement. Et le fado en était la musique inoubliable. »
John Berger (1926-2017). D’ici là, traduit de Here is where we meet (2005) par Katya Berger Andreadakis. Éd. de l’Olivier, impr. 2005, © 2006, ISBN 2-87929-483-5. Page 22.

Amália Rodrigues (1920-1999)Na esquina de ver o mar. Luís de Macedo, paroles ; Alain Oulman, musique.
Amália Rodrigues, chant ; Domingos Camarinha, guitare portugaise ; Castro Mota, guitare classique. Enregistrement : Paço de Arcos (Portugal), studios Valentim de Carvalho, 1964.
Extrait de l’album Fado português / Amália Rodrigues. Portugal, Edições Valentim de Carvalho, ℗ 1965.


Foi no outeiro da Graça
Na esquina de ver o mar.
Quanta é tristeza, desgraça
Que finge alegria e passa
Pelas ruas a cantar.

C’était sur les hauteurs de la Graça,
À l’endroit d’où l’on voit la mer.
Comme la tristesse est infortune,
Quand elle feint la joie et qu’elle passe
Par les rues en chantant !

Foi no outeiro da Ajuda,
Na esquina de ver o Tejo.
Quem é triste não se iluda,
Que essa tristeza não muda,
Mesmo que mude o desejo.

C’était sur les hauteurs d’Ajuda,
À l’endroit d’où l’on voit le Tage.
Les tristes sont sans illusion,
Car leur tristesse demeure
Même si change le désir.

Foi no outeiro do céu,
A olhar o mar e o rio,
Que uma noite aconteceu
Que um sonho que era só meu
Passou por mim, mas perdi-o.

C’est sur les hauteurs du ciel,
Alors que je regardais la mer et le Tage,
Qu’une nuit un rêve m’a visitée,
— Un rêve qui n’était qu’à moi,
Et que je n’ai pas su retenir !
Luís de Macedo (1925-1987). Na esquina de ver o mar (1962?).
.
Luís de Macedo (1925-1987). À l’endroit d’où l’on voit la mer, trad. par L. & L. de Na esquina de ver o mar (1962?).

.

.

Lisboa (Portugal), Palácio dos Marqueses de Fronteira = Lisbonne (Portugal), Palais des marquis de Fronteira, 10 mars 2012.

Souvenir d’Italie

3 août 2021

Crémone (Lombardie, Italie) = Cremona (Lombardia, Italia), 27 juin 2021
Crémone (Lombardie, Italie) = Cremona (Lombardia, Italia), 27 juin 2021

Adriano CelentanoIl ragazzo della via Gluck. Luciano Beretta & Miki Del Prete, paroles ; Adriano Celentano, musique.
Adriano Celentano, chant ; I Ribelli, groupe instrumental ; Detto Mariano, arrangements et direction.
Italie, Clan, ℗ 1966.

Luca Cattapane (actif de 1585 à 1597). Crocifissione con i santi Fermo, Girolamo e Gregorio magno (1593), détail. Duomo di Cremona (Lombardia, Italia) = Cathédrale de Crémone (Lombardie, Italie)

Souvenir d’Italie

28 juillet 2021

« Tout le monde déteste la police ». Crémone (Lombardie, Italie) = Cremona (Lombardia, Italia), 27 juin 2021
« Tout le monde déteste la police ». Crémone (Lombardie, Italie) = Cremona (Lombardia, Italia), 27 juin 2021

Françoise HardyL’età dell’amore. Vito Pallavicini, paroles ; Jacques Dutronc, musique. Adaptation italienne de : Le temps de l’amour. André Salvet & Lucien Morisse, paroles originales.
Françoise Hardy, chant ; accompagnement d’orchestre ; Ezio Leoni, direction. Italie, ℗ 1963.

« Je suis du béton ». Crémone (Lombardie, Italie) = Cremona (Lombardia, Italia), 27 juin 2021

Amália Rodrigues • Sombra

27 juillet 2021

És a noite que à noite me procura.
David Mourão-Ferreira (1927-1996). Sombra (1964).

Tu es la nuit qui la nuit me cherche.

Amália Rodrigues (1920-1999)Sombra. David Mourão-Ferreira, paroles ; Alain Oulman, musique.
Amália Rodrigues, chant ; Domingos Camarinha, guitare portugaise ; Castro Mota, guitare classique. Enregistrement : Paço de Arcos (Portugal), studios Valentim de Carvalho, 1964.
Extrait de l’album Fado português / Amália Rodrigues. Portugal, Edições Valentim de Carvalho, ℗ 1965.

Contrairement à Água e mel, Sombra (« Ombre »), issu des mêmes sessions d’enregistrement, fait partie du programme de l’album Fado português d’Amália Rodrigues, tel qu’il a été publié en 1965. David Mourão-Ferreira en a composé le poème tout spécialement pour Amália, en reprenant toutefois, légèrement réécrits, deux quatrains provenant respectivement de deux sonnets préexistants, Casa (« Maison ») et Paraíso (« Paradis »), publiés en 1962 dans son recueil Infinito pessoal ou A arte de amar. La musique, très éloignée du style du Fado traditionnel, est d’Alain Oulman.


*Bebi por tuas mãos esta loucura
De não poder viver longe de ti
És a noite que à noite me procura
És a sombra da casa onde nasci.

Tu m’as fait boire dans tes mains
Cette impossibilité de vivre loin de toi.
Tu es la nuit qui la nuit me cherche,
Tu es l’ombre de la maison où je suis née.

**Deixa ficar comigo a madrugada
Para que a luz do Sol me não constranja
Numa taça de sombra estilhaçada
Deita sumo de lua e de laranja.

Je voudrais que tu retiennes l’aube
Pour me garder de la lumière du soleil.
Dans une coupe lacérée d’ombre
Verse-moi un jus d’orange et de lune.

Só os frutos do céu que não existe
Só os frutos da terra que me deste
Hão-de fazer-te a ausência menos triste
Tornar-me a solidão menos agreste.

Seuls les fruits du ciel qui n’existe pas
Seuls les fruits de la terre que tu me donnes
Te feront l’absence moins triste,
Me rendront la solitude moins dure.

Vou recolher à casa onde nasci
Por teus dedos de sombra edificada
Nunca mais, nunca mais longe de ti
Se comigo ficar a madrugada.

Je vais rentrer dans la maison où je suis née,
Celle que tes doigts d’ombre ont bâtie.
Plus jamais, plus jamais loin de toi,
Si pour moi toujours l’aube demeure.
David Mourão-Ferreira (1927-1996). Sombra (1964).
.
David Mourão-Ferreira (1927-1996). Ombre, trad. par L. & L. de Sombra (1964).
*Ce quatrain est repris par D. Mourão-Ferreira, avec quelques modifications mineures, de son sonnet Casa (« Maison »), publié dans son recueil Infinito pessoal ou A arte de amar (1962).
**Ce quatrain est repris par D. Mourão-Ferreira, presque à l’identique, de son sonnet Paraíso (« Paradis »), publié dans son recueil Infinito pessoal ou A arte de amar (1962).
 

Amália Rodrigues • Água e mel

26 juillet 2021

Amália Rodrigues (1920-1999)Água e mel. Carlos Barbosa de Carvalho, paroles ; Miguel Ramos, musique (Fado Miguel).
Amália Rodrigues, chant ; Domingos Camarinha, guitare portugaise ; Castro Mota, guitare classique. Enregistrement : Paço de Arcos (Portugal), studios Valentim de Carvalho, 1964.
Première publication : Portugal, Edições Valentim de Carvalho, ℗ 1989.

Ce fado, Água e mel (« Eau et miel ») a été enregistré par Amália Rodrigues en 1964 au cours des sessions de l’album Fado português, paru en 1965. Pour Amália, les années 1960 sont celles de l’évolution vers un nouveau répertoire, plus sophistiqué que celui du Fado traditionnel, porté par les compositions d’Alain Oulman et par des textes puisés dans la riche littérature poétique, ancienne et contemporaine, du Portugal. C’est aussi la décennie de la splendeur vocale, alliée à un art de l’interprétation incomparable, qui ne cesse de se perfectionner et qui atteindra son plein épanouissement avec les enregistrements de Com que voz réalisés en 1969.

L’album Fado português comporte huit compositions d’Alain Oulman, sur des poèmes d’auteurs reconnus (Alexandre O’Neill, José Régio, David Mourão Ferreira, Pedro Homem de Mello), ainsi que sur une « cantiga de amigo » médiévale du troubadour Mendinho et sur le sonnet Erros meus, má fortuna, amor ardente (« Mes erreurs, un mauvais sort, l’amour ardent ») du grand Luís de Camões, le poète des poètes. En dépit de sa mélodie spectaculaire qui convenait à merveille à la voix de la fadiste, Água e mel ne peut se prévaloir du prestige d’une si grande signature quant à son texte, fourni par Carlos Barbosa de Carvalho, frère du directeur de la maison de disques d’Amália, Rui Valentim de Carvalho. Un vers en particulier : « Fui pela estrada nacional » (« Je suis partie sur la route nationale »), gênait Amália qui ne l’a pas retenu pour l’album de 1965.

Il est resté inédit jusqu’à son inclusion, en 1989, dans une compilation réalisée à l’occasion des 50 ans de carrière d’Amália (Amália 50 anos). On le trouve en outre dans l’édition augmentée de Fado português publiée en 2015.


Entre os ramos de pinheiro
Vi o luar de Janeiro
Quando ainda havia sol.
E numa concha da praia
Ouvi a voz que desmaia
Do secreto rouxinol.

Entre les branches des pins
J’ai vu la lune de janvier
Quand le soleil brillait encore.
Et dans le creux d’un coquillage
J’ai entendu s’éteindre
La voix secrète du rossignol.

Com água e mel
Comi pão com água e mel
E do vão duma janela
Beijei sem saber a quem.
Tenho uma rosa
Tenho uma rosa e um cravo
Num cantarinho de barro
Que me deu a minha mãe.

De l’eau et du miel,
J’ai mangé du pain avec de l’eau et du miel
Et de l’embrasure d’une fenêtre
J’ai embrassé des inconnus.
Je possède une rose,
Une rose et un œillet,
Dans une cruche en terre
Que m’a donnée ma mère.

Fui pela estrada nacional
E pela mata real
Atrás dum pássaro azul.
No fundo dos olhos trago
A estrada de Santiago
E o cruzeiro do Sul.

Je suis partie sur la grand route
Et dans la forêt royale
À la poursuite d’un oiseau bleu.
Je porte au fond des yeux
La route de Saint-Jacques
Et la Croix du Sud.

Abri meus olhos
Abri meus olhos ao dia
E escutei a melodia
Que ao céu se eleva do pó
Do vinho novo
Se provei o vinho novo
Se amei o rei e o povo
Meu Deus por que estou tão só.

J’ai ouvert les yeux,
J’ai ouvert les yeux au jour,
J’ai écouté la mélodie
Qui de la poussière s’élève au ciel.
Du vin nouveau,
Si j’ai goûté au vin nouveau,
Si j’ai aimé et le peuple et le roi,
Mon Dieu, pourquoi suis-je si seule ?
Carlos Barbosa de Carvalho (1924-1994). Água e mel (1964).
.
Carlos Barbosa de Carvalho (1924-1994). Eau et miel, trad. par L. & L. de Água e mel (1964).

Água e mel a été repris par Cristina Branco dans son album Live (2006). Par ailleurs, sur cette même musique du guitariste Miguel Ramos, surnommée Fado Miguel, Mísia a enregistré en 1999 Paixões diagonais (« Passions diagonales », paroles de João Monge), en deux versions, dont une avec accompagnement de piano seul par rien moins que Maria João Pires — et la voix qui tire un peu dans certains aigus. Par coïncidence, l’album Paixões diagonais qui contient ces deux enregistrements est paru en France le 6 octobre 1999, le jour même de la disparition d’Amália Rodrigues.

MísiaPaixões diagonais. João Monge, paroles ; Miguel Ramos, musique (Fado Miguel).
Mísia, chant ; Maria João Pires, piano. Enregistrement : Lisbonne, studios Xangri La, 1er juillet 1999.
Extrait de l’album Paixões diagonais / Mísia. France, Erato, ℗ 1999.

Do que fala a madrugada
O murmúrio na calçada
Os silêncios de licor?
Do que fala a nostalgia
De uma estrela fugidia?
Falam de nós, meu amor.
Do que sabem as vielas
E a memória das janelas
Ancoradas no sol-pôr?
Do que sabem os cristais
Das paixões diagonais?
Sabem de nós, meu amor.
Porque volta esta tristeza
O destino à nossa mesa
O silêncio de um andor?
Porque volta tudo ao mar
Mesmo sem ter de voltar?
Voltam por nós, meu amor
Porque parte tudo um dia
O que nos lábios ardia
Até não sermos ninguém?
Tudo é água que corre
De cada vez que nos morre
Nasce um pouco mais além.
De quoi parlent l’aube,
Le murmure sur le pavé
Les silences de liqueur ?
De quoi parle la nostalgie
D’une étoile fugitive ?
Ils parlent de nous, mon amour.
Que savent les rues ?
De quoi se souviennent les fenêtres
Ancrées dans le couchant ?
Et que connaissent les cristaux
Des passions diagonales ?
Ils nous connaissent, mon amour.
Pourquoi cette tristesse revient-elle ?
Et le destin à notre table ?
Les saints muets des processions ?
Pourquoi tout retourne-t-il à la mer
Sans même le vouloir ?
C’est pour nous, mon amour.
Pourquoi tout s’en va-t-il un jour,
— Tout ce qui embrasait nos lèvres
Jusqu’à nous anéantir ?
Tout est fleuve qui s’écoule
Et ce qui meurt en nous
Renaît ailleurs, mon amour.
João Monge. Paixões diagonais.
João Monge. Passions diagonales, traduit de : Paixões diagonais, par L. & L.

Canción china en Europa (La señorita del abanico)

25 juillet 2021

Merveille.

Paco IbáñezLa señorita del abanico. Poème de Federico García Lorca ; Paco Ibáñez, musique.
Paco Ibáñez, chant, guitare ; Antonio Membrado, guitare. Enregistrement : Paris, 1964.
Première publication dans l’album Poèmes de Federico García Lorca et Luis de Góngora / Paco Ibáñez. France, Polydor, ℗ 1964.


La señorita
del abanico,
va por el puente
del fresco río.

La demoiselle
à l’éventail
passe sur le pont
du frais ruisseau.

Los caballeros
con sus levitas,
miran el puente
sin barandillas.

Les messieurs
en redingote
regardent le pont
sans garde-fou.

La señorita
del abanico
y los volantes
busca marido.

La demoiselle
à l’éventail
et robe à volants
cherche un mari.

Los caballeros
están casados,
con altas rubias
de idioma blanco.

Les messieurs
sont mariés,
avec de grandes blondes
qui parlent une langue blanche.

Los grillos cantan
por el Oeste.

Les grillons chantent
du côté de l’Ouest.

(La señorita,
va por lo verde).

(La demoiselle
va du côté du vert.)

Los grillos cantan
bajo las flores.

Les grillons chantent
sous les fleurs.

(Los caballeros,
van por el Norte).

(Les messieurs
vont vers le Nord.)
Federico García Lorca (1898-1936). Canción china en Europa, extrait de : Canciones para niños. Dans : Canciones (1921-1924), 1927 (1ère publication).
.
Federico García Lorca (1898-1936). Chanson chinoise en Europe, trad. par L. & L. de Canción china en Europa, extrait de : Canciones para niños. Dans : Canciones (1921-1924), 1927 (1ère publication).

%d blogueurs aiment cette page :