Aller au contenu principal

Amália Rodrigues | Fui à fonte lavar os cabelos (1969)

21 octobre 2019

Fui à fonte lavar os cabelos,
minha mãe, e gostei eu deles
e de mim, também.
João Soares Coelho (vers 1220-après 1279). Fui eu, madre, lavar meus cabelos. Adaptation de Natália Correia.

À la fontaine je suis allée laver mes cheveux,
Ma mère, et je leur ai trouvé de la grâce
Et à moi aussi.

L’enregistrement de Fui à fonte lavar os cabelos, publié officiellement pour la première fois comme supplément de la réédition de 2019 de l’album Com que voz, provient d’une maquette de travail réalisée en 1969 et conservée sur une bande magnétique (copie de la bande d’origine, aujourd’hui introuvable). Le son en a été amélioré en vue de la publication.

Amália Rodrigues (1920-1999) | Fui à fonte lavar os cabelos. Poème de João Soares Coelho, adapté en portugais du XXe siècle par Natália Correia ; Alain Oulman, musique.
Amália Rodrigues, chant ; Fontes Rocha, guitare portugaise ; Pedro Leal, guitare classique. L’enregistrement est une maquette de travail réalisée en 1969.
Extrait de l’album Com que voz, nouvelle édition « remastered ». Portugal : Edições Valentim de Carvalho, ℗ et © 2019.

À vrai dire ce court morceau circulait déjà sur l’Internet depuis plusieurs années et je lui avais consacré un billet en février 2012, largement repris ci-dessous.

Comme dans le cas des chansons de l’album Cantigas d’amigos (1971), les paroles sont constituées d’une version modernisée par l’écrivaine açoréenne Natália Correia (1923-1993) d’une cantiga de amigo médiévale, dont l’auteur est un troubadour du XIIIe siècle nommé João Soares Coelho. On peut en lire la biographie (en portugais) dans la remarquable base de données Cantigas medievais galego-portuguesas. Ou bien dans Wikipedia (pt).

La fontaine fait partie des lieux récurrents des cantigas de amigo (avec le rivage marin et la chapelle). La mère de la dame en est un des personnages types ; elle peut parfois, comme ici, jouer le rôle de la confidente.

Autre caractéristique du genre : divers procédés stylistiques fondés sur la répétition. Dans ce poème, c’est le dernier vers de la première strophe qui est repris dans toutes les suivantes.

Voici le texte de la cantiga originale :

Fui eu, madre, lavar meus cabelos
a la fonte e paguei-m’eu delos
e de mi, louçana.

Fui eu, madre, lavar mias garcetas
a la fonte e paguei-m’eu delas
e de mi, louçana.

A la fonte [e] paguei-m’eu deles;
aló achei, madr’, o senhor deles
e de mi, louçana.

[E], ante que m’eu d’ali partisse,
fui pagada do que m’el[e] disse
e de mi louçana.
João Soares Coelho (vers 1210-après 1279). Fui eu, madre, lavar meus cabelos.
Source : Cantigas medievais Galego-Portuguesas

Et voici l’adaptation qu’en a faite Natália Correia (et que chante Amália Rodrigues), suivie de sa traduction :

Fui à fonte lavar os cabelos,
minha mãe, e gostei eu deles
e de mim, também.

Fui à fonte as tranças lavar,
minha mãe, e das tranças pus-me eu a gostar
e de mim, também.

Lá na fonte, onde eu gostei deles,
vi o dono dos meus cabelos
e de mim, também.

Lá na fonte, antes que eu partisse,
minha mãe, gostei tanto do que ele me disse
e de mim, também.
João Soares Coelho (vers 1220-après 1279). Fui eu, madre, lavar meus cabelos. Adaptation de Natália Correia.
Dans : Cantares dos trovadores galego-portugueses / selecção, introdução, notas e adaptação de Natália Correia. Lisboa : Estampa, 1970. Réédité en 1978 et 1998. — ISBN 972-33-0258-6 (éd. 1998).

………

À la fontaine je suis allée laver mes cheveux,
Ma mère, et je leur ai trouvé de la grâce
Et à moi aussi.

À la fontaine je suis allée laver mes tresses,
Ma mère, et je leur ai trouvé de la grâce
Et à moi aussi.

À la fontaine, où je leur ai trouvé de la grâce
J’ai vu le seigneur et maître de mes cheveux
Et le mien aussi.

À la fontaine, avant que d’en partir
Ma mère, j’ai trouvé bien de la grâce à ce qu’il m’a dit
Et à moi aussi.
João Soares Coelho (vers 1220-après 1279). Fui eu, madre, lavar meus cabelos. Adaptation de Natália Correia.
Traduction L. & L.

Amália Rodrigues (1920-1999)
Com que voz (Édition 2019)

Amália Rodrigues | Com que voz (nouvelle édition, 2019)Com que voz / poèmes de Cecília Meireles, David Mourão-Ferreira, Manuel Alegre, etc. ; Alain Oulman, musiques ; Amália Rodrigues, chant ; José Fontes Rocha, guitare portugaise ; Pedro Leal, guitare,… [etc.]. — Production : Portugal : Edições Valentim De Carvalho, ℗ 2019.
Nouvelle édition remastérisée de l’album Com que voz (enregistré en 1969 et publié pour la première fois en 1970), augmentée de 8 morceaux réunis en un ensemble intitulé « À maneira do Com que voz », parmi lesquels des versions inédites de titres précédemment publiés ainsi qu’un titre inédit (Fui à fonte lavar os cabelos, poème de João Soares Coelho, musique d’Alain Oulman). Dates d’enregistrement : 8 et 9 janvier 1969 (édition originale de Com que voz) ; dates diverses, comprises entre novembre 1968 et 1969 (« À maneira do Com que voz »).

CD : Valentim de Carvalho, 2019. — EAN 3760220460752.

Voir la description complète de l’album sur Discogs

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :