Skip to content

José Afonso — Quanto é doce ; Os bravos

5 novembre 2010

José Afonso, ou Zeca Afonso (1929-1987) est connu surtout pour être l’auteur et l’interprète de Grândola, vila morena, cette chanson dont le passage à la radio le 25 avril 1974 fut le signal du déclenchement de la Révolution des œillets.

Auteur et interprète de chansons pointées comme autant de flèches vers le régime salazariste, José Afonso était aussi un chanteur réputé de fado de Coimbra. Son répertoire comportait en outre des ballades et des chansons recueillies dans les traditions des différentes régions du Portugal.

L’album Troubadour de Lula Pena s’ouvre sur une version très personnelle de Quanto é doce, une chanson composée par José Afonso sur des vers relevant de la tradition populaire. Quant à Os bravos, elle est mise à contribution à l’acte 5, juste avant A noite de meu bem et après le splendide Libertação écrit par David Mourão-Ferreira pour Amália sur le Fado Meia Noite. Avant de consacrer un billet à Troubadour, il n’est pas inutile de faire entendre les versions de référence de ces chansons, que voici.

Quanto é doce / José Afonso, chant ; paroles traditionnelles ; José Afonso, musique. — Extrait de : Fura Fura, 1979.

Quanto é doce quanto é bom
No mundo encontrar alguém
Que nos junte contra o peito
E a quem nós chamemos mãe

Vai-se a tristeza o desgosto
Põe-se a um ponto na tormenta
Quando a mãe nos dá um beijo
Quando a mãe nos acalenta

E embora seja ladrão
Aquele que tenha mãe
Lá tem no meio da luta
Ternos afagos de alguém

Quanto é doce / paroles traditionnelles ; José Afonso, musique.

Qu’il est doux, qu’il est bon
De trouver au monde quelqu’un
Qui nous serre contre sa poitrine
Et que nous puissions appeler mère

Adieu tristesse, adieu chagrin
La tourmente se calme
Sous le baiser
Et les caresses maternels

Et fût-il un voleur
Celui qui a une mère
Peut au plus fort de la bagarre
compter sur la tendresse de quelqu’un
Quanto é doce / tparoles traditionnelles ; José Afonso, musique ; traduction Lili & Lulu.

Os Bravos / José Afonso, chant ; traditionnel des Açores, paroles et musique. — Extrait de : Baladas e Canções, 1964

Os Bravos

Eu fui à terra do bravo
Bravo meu bem
Para ver se embravecia
Cada vez fiquei mais manso
Bravo meu bem
Para a tua companhia

Eu fui à terra do bravo
Bravo meu bem
Com o meu vestido vermelho
O que eu vi de lá mais bravo
Bravo meu bem
Foi um mansinho coelho

As ondas do mar são brancas
Bravo meu bem
E no meio amarelas
Coitadinho de quem nasce
Bravo meu bem
P´ra morrer no meio delas
Os Bravos / traditionnel des Açores, paroles et musique.

Les braves

Je suis allé au pays des braves
Brave mon ami
Pour voir si la colère monterait en moi
Mais ma colère au contraire est tombée
Brave mon ami
En ta compagnie

Je suis allé au pays des braves
Brave mon ami
Avec mon habit rouge
Ce que j’y ai vu de plus farouche
Brave mon ami
C’est un lapin bien doux

Les vagues de la mer sont blanches
Brave mon ami
Et jaunes dans leur milieu
Pauvre de celui qui naît
Brave mon ami
Pour mourir au milieu des vagues
Os Bravos / traditionnel des Açores, paroles et musique ; traduction Lili & Lulu.

L. & L.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :