Aller au contenu principal

Marco Oliveira • Pena (Rua de Martim Vaz n.2)

29 juillet 2022

Pena (Rua de Martim Vaz n. 2), chanté sur la musique du Fado Estoril d’Armandinho (Armando Freire, 1891-1946), fait partie du bel album Ruas e memórias publié par Marco Oliveira en 2021.

Marco OliveiraPena (Rua de Martim Vaz n. 2). Ana Sofia Paiva, paroles ; Armandinho, musique (Fado Alexandrino do Estoril).
Marco Oliveira, chant, guitare ; Ricardo Parreira, guitare portugaise ; Carlos Barretto, contrebasse ; José Mário Branco, arrangements & production musicale. Enregistrement ; Lisbonne, studios Valentim de Carvalho, novembre 2019.
Extrait de l’album Ruas e memórias / Marco Oliveira. Portugal ; SME Portugal, ℗ 2021.
Vidéo :
Aurélio Vasques, réalisation ; João Leão, assistant de réalisation. Production : Zul filmes. Portugal, 2022.
Filmé à Lisbonne en 2021.


Lisboa é uma criança perdida ao pé do mar
Sem casa onde dormir, trapeira onde morar
Brincando alheia à dor, ao vento que assobia
Por entre o doce véu de alguma gelosia

Lisbonne est un enfant perdu sur le rivage,
Sans abri pour dormir, pas même une mansarde ;
Elle joue, étrangère à la douleur et au vent
Qui siffle à travers le voile doux d’une persienne.

Lisboa é uma criança de crua pele morena
No pátio escuro e pobre da vila mais pequena
Lá vai descendo a rua, velhinha e descalçada
Vender laranja nova por pouco ou quase nada

Lisbonne est un enfant à la peau brune et rude
Dans une pauvre cour au fond d’un bourg perdu.
La voici, les pieds nus, on croirait une vieille :
Elle va, pour quelques sous, vendre ses trois oranges.

Nocturno passarinho, cativo de orfandade
Correr da doce mágoa ao colo da cidade
Deixando duras penas a quem quiser cantar
Lisboa é uma criança perdida ao pé do mar

Petit oiseau de nuit, éternel orphelin,
Doux chagrin sécrété par le sein de la ville
Laissant de vives peines à qui veut les chanter,
Lisbonne est un enfant perdu sur le rivage.
Ana Sofia Paiva. Pena (Rua de Martim Vaz n.2) (2019).
.
Ana Sofia Paiva. Pena (2, rue Martim Vaz), traduit de Pena (Rua de Martim Vaz n.2) (2019) par L. & L.

La rue Martim Vaz, dans la « freguesia » (quartier) de la Pena, est une ruelle escarpée du centre de Lisbonne, située un peu au Nord de la place du Rossio, là où se forme la butte de Sant’Ana, ou Santana, l’une des « sept collines » sur lesquelles s’étend la ville. C’est là, en haut de cette rue, qu’est née Amália Rodrigues ; elle y a vécu les premières années de sa vie, avant que sa famille ne déménage vers les quartiers de l’ouest de la capitale. Pena, le nom du quartier qui sert aussi de titre au fado, permet un jeu de mot grâce à son identité avec le substantif pena (« peine, souffrance,… » et aussi « plume ») — bien qu’il dérive en fait de Penha (« rocher »).

Le clip vidéo de Marco Oliveira a été mis en ligne le 23 juillet dernier précisément, jour anniversaire de la naissance d’Amália, accompagné d’un court poème, non signé, en forme d’hommage :


Onde estão os pés descalços de Amália, pequenina,
saindo do número 2 do Pátio de Santos, à Rua de Martim Vaz?
Lembras-te, pai?
Que é das infâncias, pai?
Que é feito de nós?
Que é das noites perdidas à procura do que o dia não soube dar?
Que é dos passos de quem já não está?
Que fado é este que nos condena a ir assim:
pelas ruas da noite, com basalto de tristeza, para sempre meninos,
nocturnos passarinhos, cativos de orfandade?

Où sont les pieds nus d’Amália, petiote,
Sortant du numéro 2 du Pátio de Santos de la rue Martim Vaz ?
Tu te rappelles, papa ?
Où sont passées les enfances, papa ?
Qu’est-ce qu’on est devenus ?
Où sont nos nuits perdues à chercher ce que la journée n’avait pas su donner ?
Où sont les pas de ceux qui ne sont plus ?
Quel est ce destin qui nous condamne à errer ainsi :
par les rues de la nuit, sur ce basalte de tristesse, éternels enfants,
petits oiseaux nocturnes, prisonniers de leur sort d’orphelins ?

Para Amália Rodrigues,
nascida a 23 de Julho de 1920.

Pour Amália Rodrigues,
Née le 23 juillet 1920.
[Marco Oliveira?]. [Para Amália Rodrigues] (2022).
.
[Marco Oliveira?]. [À Amália Rodrigues], traduit de [Para Amália Rodrigues] (2022) par L. & L.

Marco Oliveira
Ruas e memórias (2021)
Marco Oliveira. Ruas e memórias, Portugal, Sony Music, ℗ 2021.Ruas e memórias / Marco Oliveira, chant, guitare ; Ricardo Parreira, guitare portugaise ; Carlos Barreto, contrebasse. — Production : Portugal : Sony Music Entertainment Portugal, ℗ 2021.
Enregistrement : Paço d’Arcos (Portugal), studios Valentim de Carvalho, du 4 au 18 novembre 2019.

1 CD : Sony, 2021. — EAN 194398689128.

2 commentaires leave one →
  1. Samuel permalink
    29 juillet 2022 09:19

    Merci pour cette découverte. Belle journée.

Trackbacks

  1. Mísia • Fado do retorno (et aussi Armandinho et Madalena de Melo) | Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

Répondre à Samuel Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :