Aller au contenu principal

O Fado de cada um • Amália, Lula Pena

11 février 2021


Bom seria poder um dia
Trocar-se o fado
Por outro fado qualquer
Mas a gente
Já traz o fado marcado
E nenhum mais inclemente
Do que este de ser mulher.

João Silva Tavares (1893-1964). O fado de cada um (1947).

Quel bonheur ce serait
De pouvoir un jour
Troquer son fado contre un autre !
Mais chacun
Porte à vie son propre fado
Et il n’en existe aucun de plus dur
Que le mien, qui est d’être femme.

Fado, história de uma cantadeira (1947). Extrait. Perdigão Queiroga, réalisation ; Armando Vieira Pinto, scénario & dialogues ; Frederico de Freitas & Jaime Mendes, musique.
Distribution : Amália Rodrigues (Ana Maria) ; Virgílio Teixeira (Júlio Guitarrista) ; Vasco Santana (Joaquim Marujo) ; António Silva (Chico Fadista)…
Production : Portugal, Lisboa Filmes, 1947.
Fado :

O fado de cada um. Silva Tavares, paroles ; Frederico de Freitas, musique.
Amália Rodrigues, chant ; accompagnement de guitare portugaise et de guitare.
Portugal, ℗ 1947.


Bem pensado
Todos temos nosso fado
E quem nasce malfadado,
Melhor fado não terá
Fado é sorte
E do berço até a morte,
Ninguém foge, por mais forte
Ao destino que Deus dá

Quand on y pense
On a chacun son fado
Et si on naît sous une mauvaise étoile
On aura toujours le sort contre soi.
Chacun son destin
Et du berceau jusqu’à la mort,
Qu’on soit faible ou qu’on soit fort,
On n’échappe pas à celui que Dieu nous donne.

No meu fado amargurado
A sina minha
Bem clara se revelou
Pois cantando
Seja quem for adivinha
Na minha voz, soluçando
Que eu finjo ser quem não sou

Dans mon fado d’amertume
Ma destinée
S’est révélée avec clarté.
Et quand je chante,
Chacun peut deviner
À ma voix, à mes sanglots,
Que je fais semblant d’être une autre.

Bom seria poder um dia
Trocar-se o fado
Por outro fado qualquer
Mas a gente
Já traz o fado marcado
E nenhum mais inclemente
Do que este de ser mulher.

Quel bonheur ce serait
De pouvoir un jour
Troquer son fado contre un autre !
Mais chacun
Porte à vie son propre fado
Et il n’en existe aucun de plus dur
Que le mien, qui est d’être femme.
João Silva Tavares (1893-1964). O fado de cada um (1947).
.
João Silva Tavares (1893-1964). Le fado de chacun, trad. par L. & L. de O fado de cada um (1947).

Lula PenaTroubadour. Acto IV. [Cansaço / Luís de Macedo, paroles ; Joaquim Campos, musique. O fado de cada um / Silva Tavares, paroles ; Frederico de Freitas, musique. Partido alto / Chico Buarque, paroles & musique]
Lula Pena, chant & guitare.
Extrait de l’album Troubadour / Lula Pena. Portugal : Mbari, ℗ 2010.

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :