Skip to content

Désormais dans la lune

20 mai 2017

Ainsi paraît la gloire du monde.

Paris (France), bois de Vincennes, 18 mai 2017

Ainsi passe-elle.

Paris (France), bois de Vincennes, 18 mai 2017

Dissoute. Car toute splendeur est vouée à sa perte.

Lula Pena | Extraits de : Pero a mí nunca jamás, paroles d’Atahualpa Yupanqui, musique de Pablo del Cerro ; Canción de la madre del Amargo, poème de Federico García Lorca, musique de Lula Pena ; Estranha forma de vida, paroles d’Amália Rodrigues, musique d’Alfredo Marceneiro (Fado bailado).
Lula Pena, chant et guitare. Captation : Lanzarote (îles Canaries, Espagne), Cueva de los Verdes, 11 novembre 2011.
Vidéo : Cláudia Varejão, 2011.

De loma en loma has de ir
y mi huella buscarás
El rastro de las vicuñas
Eso solo encontrarás
Pero a mí nunca jamás
Atahualpa Yupanqui (1908-1992). Pero a mí nunca jamás (extrait).

Tu iras de colline en colline
Et tu chercheras ma trace
Mais tu ne trouveras
Que celles des vigognes
Moi, tu ne me trouveras jamais plus.

Lo llevan puesto en mi sábana
mis adelfas y mi palma.

Día veintisiete de agosto
con un cuchillito de oro.

La cruz. ¡Y vamos andando!
Era moreno y amargo.

Vecinas, dadme una jarra
de azófar con limonada.

La cruz. No llorad ninguna.
El Amargo está en la luna.
Federico García Lorca (1898-1936). Canción de la madre del Amargo. Dans : Poema del cante jondo (1921).

On l’emporte enveloppé dans mon drap
posé sur mes lauriers-roses et ma palme.

Le vingt-sept août
avec un petit couteau d’or.

La croix. Et en route !
Il était brun et amer.

Voisines, donnez-moi de la citronnade
dans un pichet de cuivre.

La croix. Pas de larmes.
L’Amer est désormais dans la lune.

Foi por vontade de Deus
Que eu vivo nesta ansiedade
Que todos os ais são meus,
Que é toda a minha saudade
Foi por vontade de Deus.
C’est Dieu qui a voulu
Que je vive dans cette inquiétude
Que toutes les plaintes soient miennes
Que toute la saudade soit mienne
C’est Dieu qui l’a voulu.
Que estranha forma de vida
Tem este meu coração
Vive de vida perdida
Quem lhe daria o condão?
Que estranha forma de vida.
Étrange façon de vivre
Que celle de mon cœur
Vivre une vie d’égarement
Être sans emprise sur soi-même
Étrange façon de vivre.
Coração independente
Coração que não comando
Vives perdido entre a gente
Teimosamente sangrando
Coração independente.
Cœur indépendant
Cœur désobéissant
Tu vis perdu dans le monde
Tu saignes, obstinément
Cœur indépendant.
Eu não te acompanho mais
Para, deixa de bater
Se não sabes onde vais,
Porque teimas em correr?
Eu não te acompanho mais.
Je ne t’accompagne plus
Arrête-toi, cesse de battre
Si tu ne sais pas où tu vas
Pourquoi t’obstiner à courir ?
Moi, je ne t’accompagne plus.
Amália Rodrigues (1920-1999). Estranha forma de vida. Amália Rodrigues (1920-1999). Étrange façon de vivre, traduit de Estranha forma de vida par L. & L.

Paris (France), cartoucherie, bois de Vincennes, 18 mai 2017

4 commentaires leave one →
  1. Grigride permalink
    20 mai 2017 12:18

    Sincèrement désolée pour la bêtise de mon commentaire dans votre précédent billet.

    • 20 mai 2017 12:26

      Mais non, quelle idée… (Je peux l’enlever s’il vous gêne — mais je ne vois pas pourquoi)

  2. Grigride permalink
    20 mai 2017 12:41

    Non, laissez-le, pas de problème (dit, c’est dit !). Merci pour votre blog !!! 🙂

  3. 21 mai 2017 02:55

    Merci pour tout, la musique est magnifique et l’effort de traduction est apprécié au plus haut point par la non-hispanophone que je suis 😀
    Merci encore !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :