Skip to content

Sílvia Pérez Cruz & Toti Soler — He mirat aquesta terra

1 février 2013

Je voulais attendre un peu pour dire quelque chose de la jeune chanteuse et musicienne catalane Sílvia Pérez Cruz, et de son merveilleux album 11 de Novembre — mais ceci, il faut le regarder et l’écouter toutes affaires cessantes tellement c’est miraculeux. Et l’écouter encore, et encore. Et le regarder : voir comme tout le corps, tout l’être, participe au chant.

Sílvia Pérez Cruz est à Paris la semaine prochaine (le 7 février, à l’Alhambra, dans le cadre du festival Au fil des voix 2013) : une occasion à ne pas manquer.

Sílvia Pérez Cruz & Toti Soler. He mirat aquesta terra / Salvador Espriu, paroles ; Raimon, musique ; Sílvia Pérez Cruz, chant ; Toti Soler, guitare classique. Captation : Barcelone, Palau de la música, 23 janvier 2013, cérémonie d’ouverture de l’Any Espriu (Année Espriu).

J’ai regardé cette terre (texte catalan ci-dessous, traduction française ici) : le poème est de Salvador Espriu (1913-1985) dont la Catalogne fête le centenaire. La musique est de Raimon (né en 1940), chanteur catalan — et catalanophone — de Valence, ayant l’un des premiers bravé le régime franquiste et ouvert la voie à Lluís Llach, Maria del Mar Bonet ou Joan Manuel Serrat.

Quan la llum pujada des del fons del mar
a llevant comença just a tremolar,
he mirat aquesta terra,
he mirat aquesta terra.

Quan per la muntanya que tanca el ponent
el falcó s’enduia la claror del cel,
he mirat aquesta terra,
he mirat aquesta terra.

Mentre bleixa l’aire malalt de la nit
i boques de fosca fressen als camins,
he mirat aquesta terra,
he mirat aquesta terra.

Quan la pluja porta l’olor de la pols
de les fulles aspres del llunyans alocs,
he mirat aquesta terra,
he mirat aquesta terra.

Quan el vent es parla en la solitud
dels meus morts que riuen d’estar sempre junts,
he mirat aquesta terra,
he mirat aquesta terra.

Mentre m’envelleixo en el llarg esforç
de passar la rella damunt els records,
he mirat aquesta terra,
he mirat aquesta terra.

Quan l’estiu ajaça per tot l’adormit
camp l’ample silenci que estenen els grills,
he mirat aquesta terra,
he mirat aquesta terra.

Mentre comprenien savis dits de cec
com l’hivern despulla la son dels sarments,
he mirat aquesta terra,
he mirat aquesta terra.

Quan la desbocada força dels cavalls
de l’aiguat de sobte baixa pels rials,
he mirat aquesta terra,
he mirat aquesta terra.
Salvador Espriu (1913-1985). He mirat aquesta terra. Source : cancioneros.com

L. & L.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :