Skip to content

Na fonte está Lianor — José Afonso

11 décembre 2011

Na fonte está Lianor est un thème qu’on peut aussi entendre, sur une musique composée par José Afonso, interprété par lui-même sur son premier album (Baladas e canções, 1964). L’ambiance musicale de cette version est à l’opposé de celle de Sete Lágrimas que nous connaissons.

Na fonte está Lianor / José Afonso, chant ; Luís de Camões, paroles ; José Afonso, musique ; Rui Pato, guitare.
Fait partie de : Baladas e canções (1964).

Ici, les paroles sont attribuées à Luís de Camões (1524?-1580) — le grand poète de la Renaissance portugaise –, ce qui à proprement parler n’est pas tout à fait juste car le poème de Camões est sensiblement plus long. En outre les triples répétitions du 2e vers de chaque strophe dans la chanson de José Afonso (qui est très belle) modifient le rythme et le caractère du poème.

La première strophe est celle du vilancete utilisé par Sete Lágrimas. Elle n’est pas de Camões, et lui sert, selon un modèle répandu à la Renaissance, de thème ou de motif (« mote ») à partir duquel le poète compose ses « voltas », qui pourraient être un équivalent de variations sur un thème donné en musique. Le « mote » est soit du poète lui-même soit d’autrui (« mote alheio ») comme c’est le cas dans Na fonte está Lianor.

Ceci d’abord. C’est le texte original de Camões :

Cantiga
a esta cantiga alheia :

Na fonte está Leanor
lavando a talha e chorando,
às amigas perguntando :
vistes la o meu amor ?

Voltas

Posto o pensamento nele,
porque a tudo o Amor a obriga
cantava, mas a cantiga
eram suspiros por ele.
Nisto estava Leanor
o seu desejo enganando,
às amigas perguntando
vistes lá o meu amor ?

O rosto sobre ũa mão,
os olhos no chaõ pregados,
que, do chorar já cansados,
algum descanso lhe dão.
Desta sorte Leanor
suspende de quando em quando
sua dor ; e em si tornando,
mais pesada sente a dor.

Não deita dos olhos água,
que não quer que a dor se abrande
Amor, porque em mágoa grande
seca as lágrimas a mágoa.
Que depois de seu amor
soube novas preguntando,
d’emproviso, a vi chorando.
Olhai que extremos de dor !
Luís de Camões (1524?-1580). Cantiga (Na fonte está Leanor). Extrait de : Rimas (1616, 1ère publication). Source : Camões, Luís de. Rimas. Pimpão, Álvaro J. da Costa, éd. [Universidade de Coimbra], 1953. (Acta Universitatis Conimbrigensis). P. 62.

Camões, Luís de (1524?-1580). Rimas. Edition de 1616. Numérisation : Biblioteca Nacional de Portugal Camões, Luís de (1524?-1580). Na fonte está Lianor. Dans : Rimas. Édition de 1616, la première dans laquelle apparaît Na fonte está Lianor. Source : Biblioteca nacional digital. Biblioteca Nacional de Portugal.

Voici maintenant ce que chante José Afonso :

Na Fonte Está Lianor
Lavando a talha e chorando, lavando a talha e chorando, lavando a talha e chorando
Às amigas perguntando :
Vistes lá o meu amor, Vistes lá o meu amor, Vistes lá o meu amor

Nisto estava Lianor
O seu desejo enganando, o seu desejo enganando, o seu desejo enganando
Às amigas perguntando
Vistes lá o meu amor, Vistes lá o meu amor, Vistes lá o meu amor

O rosto sobre ua mão
Os olhos no chão pregados, os olhos no chão pregados, os olhos no chão pregados
Que de chorar já cansados
Algum descanso lhe dão, algum descanso lhe dão, algum descanso lhe dão

Na Fonte Está Lianor
Lavando a talha e chorando, lavando a talha e chorando, lavando a talha e chorando
Às amigas perguntando
Vistes lá o meu amor, Vistes lá o meu amor, Vistes lá o meu amor
Luís de Camões (1524?-1580). Na Fonte Está Lianor, tel que le poème est chanté par José Afonso.

Je ne me risque pas à traduire Camões. Ceci je l’ai fait juste pour donner une idée du texte de la chanson de José Afonso :

À la fontaine se tient Lianor
Elle lave en pleurant
Interrogeant ses compagnes
Avez-vous vu mon amour ?

Dans ces pensées
Lianor endormait son désir
Demandant à ses compagnes
Avez-vous vu mon amour ?

Le visage posé sur une main
Les yeux cloués au sol
Qui déjà las de pleurer
Lui donnent un peu de repos

À la fontaine se tient Lianor
Elle lave en pleurant
Interrogeant ses compagnes
Avez-vous vu mon amour ?
Luís de Camões (1524?-1580). Na Fonte Está Lianor, tel que le poème est chanté par José Afonso. Traduction Lili & Lulu.

L. & L.

2 commentaires leave one →
  1. 11 décembre 2011 22:21

    Superbe..et merci pour la profonde légèreté de ton blog. Mon seul disque de José Afonso , je l’ai acheté en 74 au Portugal..évidemment Grandola vila morena.

Trackbacks

  1. Amália & Camões. 3. Erros meus « Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :