Skip to content

Cesária Évora est morte

18 décembre 2011

Voir :
La chanteuse Cesaria Evora est morte, LeMonde.fr, 17 décembre 2011, consulté le 18 décembre 2011
Morreu cantora Cesária Évora, Correio da Manhã [en ligne], 17 décembre 2011, consulté le 18 décembre 2011
Cesaria Evora, c’étaient ses îles à elle, Les Inrocks [en ligne], 17 décembre 2011, consulté le 18 décembre 2011
VIDEOS. Cesaria Evora, la « diva aux pieds nus », Le Nouvel observateur [en ligne], 17 décembre 2011, consulté le 18 décembre 2011

Cela s’est produit hier samedi 17 décembre à l’hôpital Baptista de Sousa, dans l’île de São Vicente de l’archipel du Cap-Vert, son pays natal. Cesária Évora, née le 27 août 1941 à Mindelo, sur cette même île, a connu un succès international tardif mais fulgurant et durable, grâce aux enregistrements qu’elle effectue en France : La diva aux pieds nus (1988), Mar azul (1991), et surtout Miss Perfumado (1992) qui s’ouvre sur le célèbre Sodade, reprise du chanteur auteur et compositeur angolais Bonga Kuenda. Elle aura fait connaître au monde la morna, ce style musical typique du Cap-Vert.

Il y a près de trois mois, épuisée, Cesária Évora avait annoncé qu’elle mettait fin à sa carrière.

Lua nha testemunha / Cesária Évora, chant ; B. Leza, paroles et musique.

Bô ka ta pensâ
nha kretxeu
Nen bô ka t’imajiâ,
o k’lonj di bó m ten sofridu.

Perguntâ
lua na séu
lua nha kompanhêra
di solidão.
Lua vagabunda di ispasu
ki ta konxê tud d’nha vida,
nha disventura,
El ê k’ ta konta-bu
nha kretxeu
tud k’um ten sofridu
na ausênsia
y na distânsia.

Mundu, bô ten roladu ku mi
num jogu di kabra-séga,
sempri ta persigi-m,
Pa kada volta ki mundu da
el ta traze-m un dor
pa m txiga más pa Déuz

Mundu, bô ten roladu ku mi
num jogu di kabra-séga,
sempri ta persigi-m,
Pa kada volta ki mundu da
el ta traze-m un dor
pa m txiga más pa Déuz

Bô ka ta pensâ
nha kretxeu
Nen bô ka t’imajiâ,
o k’lonj di bó m ten sofridu.

Perguntâ
lua na séu
lua nha kompanhêra
di solidão.
Lua vagabunda di ispasu
ki ta konxê tud d’nha vida,
nha disventura,
El ê k’ ta konta-bu
nha kretxeu
tud k’um ten sofridu
na ausênsia
y na distânsia.

Mundu, bô ten roladu ku mi
num jogu di kabra-séga,
sempri ta persigi-m,
Pa kada volta ki mundu da
el ta traze-m un dor
pa m txiga más pa Déuz

Mundu, bô ten roladu ku mi
num jogu di kabra-séga,
sempri ta persigi-m,
Pa kada volta ki mundu da
el ta traze-m un dor
pa m txiga más pa Déuz.
B. Leza. Lua nha testemunha

L. & L.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :