Skip to content

Lula Pena | O negro que sou

12 janvier 2016

Du moins n’est-elle pas morte, elle.

Ceci est un aperçu infime, comme observé au trou de la serrure, de ce que sera son troisième album annoncé pour le printemps. Le poème, Pesadelo da história [Cauchemar de l’histoire], est de Ronald Augusto, né en 1961 à Rio Grande, tout au sud du Brésil.

Nous attendons le printemps.

Lula Pena | O negro que sou. Poème de Ronald Augusto ; Lula Pena, musique, chant, guitare. Production : Crammed Discs (Bruxelles, Belgique), ℗2015.
Vidéo : eProd (Bruxelles, Belgique), production et réalisation, 2015.

para o mundo não pisar às avessas
o negro que sou inclusive em alma
a custo forçaram a ver navios

[…]

pois muitos dormem temendo o escuro
crucifixo ao colo quase absurdo
os que ainda acordam vivos dão graças
sentem-se pagados a flor da raça
Ronald Augusto. Pesadelo da história, extrait. Publié dans : Confissões aplicadas (2004).

pour que le monde ne tourne pas à l’envers
ce nègre que je suis jusque dans mon âme
on l’a forcé à voir des navires

[…]

car beaucoup s’endorment avec la peur de la nuit
crucifix au cou, presque absurde,
et ceux qui se réveillent en vie rendent grâce
se sentant quittes de la fleur de la race
Ronald Augusto. Cauchemar de l’histoire, extrait, traduit par L. & L. de Pesadelo da história, publié dans : Confissões aplicadas (2004).

Lula Pena, enregistrant O negro que sou, 2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :