Skip to content

António Zambujo | O pica do 7

17 janvier 2015

Un peu de frivolité, pour conjurer la dureté de l’époque.

Voici qu’António Z. réapparaît avec son nouvel album Rua da emenda, qui vient de sortir en France deux mois après sa publication portugaise.

Il ne s’agit pas encore d’évoquer l’ensemble de l’album (qui est dans la continuité des deux précédents). Juste cette chanson-là, dans cette vidéo précise (alors qu’il en existe un clip officiel réalisé à grands frais), en raison de la marinière Armor Lux. On y voit António, qui a grossi, présentant Rua da emenda à Lisbonne lors de la sortie portugaise de l’album.

António Zambujo | O pica do 7. Miguel Araújo, paroles & musique ; António Zambujo, chant & guitare.
Vidéo : RTP [Rádio e Televisão de Portugal]. Captation : Lisbon hostel, Lisbonne, 17 novembre 2014.

À voir les cernes qui lui viennent jusqu’au milieu des joues on l’aura tiré du lit de bonne heure, avant trois heures de l’après-midi. (Ou bien il a mangé plus que sa part du plat de rojões la veille, et bu ce qui va avec.) Pas le temps de s’habiller nickel, et d’ailleurs elles sont passées où les chemises propres ? À portée de main il n’y a que cette marinière, on fera avec.

O pica do 7 (« Le contrôleur du [tram n°] 7 »), une valse malicieuse en faveur des transports en commun, fort bien écrite par son ami Miguel Araújo, n’est pas une nouveauté : voici António, frais et svelte, l’interprétant déjà au moment de la sortie de son précédent album, Quinto, c’est à dire en 2012 :

António Zambujo | O pica do 7. Miguel Araújo, paroles & musique ; António Zambujo, chant & guitare.
Vidéo : RTP [Rádio e Televisão de Portugal]. 2012.

De manhã cedinho eu salto do ninho e vou para a paragem,
De bandolete à espera do 7 mas não pela viagem.
Eu bem que não queria mas um belo dia eu vi-o passar
E o meu peito, que é céptico, por um pica de eléctrico voltou a sonhar.

Au petit matin, je saute du lit et je cours jusqu’à l’arrêt
J’ai mis mon serre-tête, et j’attends le 7 (mais pas pour le trajet).
Moi qui vivais très bien sans ça, il a suffi qu’un beau jour je le voie
Pour que mon cœur (qui est sceptique) à cause d’un contrôleur se remette à rêver.

Em cada repique que salta do clique de aquele alicate
De um modo frenético o peito, que é céptico, toca a rebate
Se o trem descarrila o povo refila e eu fico num sino
Porque um mero trajecto no meu caso concreto é já o destino.

Quand la pince pique, et que le son du clic implacable s’approche
Une alarme frénétique, dans mon cœur sceptique, fait sonner sa cloche
Si le train déraille y a les gens qui râlent, mais moi ça m’est égal
Parce que pour moi voilà, c’est ce tram qui est déjà ma destination finale.

Ninguém acredita o estado em que fica o meu coração,
Quando o 7 me apanha até acho que a senha me salta da mão.
Pois na carreira desta vida vã,
Mas nada me dá a pica que o pica do sete me dá.

Personne n’a idée dans quel état ça me met de voir le 7 qui vient
C’est tout juste si j’ai pas mon ticket et tout ça qui me tombent des mains
Car sur la ligne de cette vie sans queue ni tête
Y a rien qui me fait l’effet que me fait le contrôleur du 7.

Que triste fadário e que itinerário tão infeliz,
Traçar meu horário com o de um funcionário de um trem da Carris,
Se eu lhe perguntasse se tem livre passe para o peito de alguém,
Vá-se lá saber, talvez eu lhe oblitere o peito também.

Quel triste destin, et quel itinéraire vraiment malheureux
De régler mes horaires sur ceux d’un fonctionnaire d’un tram municipal
Si je lui demandais s’il a une carte d’abonnement au cœur de quelqu’un
Qui sait si je n’irais pas jusqu’à lui oblitérer le sien !

Miguel Araújo. O pica do 7 (2012).

Miguel Araújo. Le contrôleur du 7, traduit de O pica do 7 (2012), par L. & L.

7 commentaires leave one →
  1. Cristina permalink
    18 janvier 2015 23:06

    Bonjour, il me semble qu il y ai une erreur sur le 3 eme vers de la chanson ca n est pas um belo dia mais um certo dia.

    • 20 janvier 2015 22:07

      Bonjour, oui c’est fréquent que les chanteurs changent un mot ici ou là, et parfois davantage, par rapport au texte original.

  2. Correia permalink
    25 janvier 2015 17:32

    on peut entendre un live de cet artiste sur fip radio- live a fip- recital du 22 janvier 2015
    http://www.fipradio.fr/emissions/live/2015/live-fip-antonio-zambujo-tony-allen-01-22-2015-20-30

  3. Adalhard permalink
    26 janvier 2015 17:01

    Le concert d’ António Zambujo, à La Cigale, est écoutable sur le site d’Arte Concert jusqu’au 23 juillet 2015.
    Ce concert fut enregistré le 23 janvier 2015.

    • 26 janvier 2015 17:12

      Merci !

Trackbacks

  1. António Zambujo | Rua da Emenda (2014) | Je pleure sans raison que je pourrais vous dire
  2. António Zambujo | A Rosinha dos limões (Oh ! Mais c’est Toulouse !) | Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :