Skip to content

Blaumut | Pa amb oli i sal

2 janvier 2015

À vrai dire la sonorité de la langue catalane m’enchante, voyez. Il suffit de ces e prononcés sur tous les sons intermédiaires entre é et a ou des diphtongues identiques à celles du portugais (comme celle de veure). Et puis de phrases telles que celle-ci : « Els astronautes volen baix, els núvols passen com qui no diu res. » C’est à dire : Les astronautes volent bas, les nuages passent l’air de rien. Els núvols. Ils passent com qui no diu res : comme qui ne dit rien.

Paraît qu’elle découle de l’occitan, cette langue catalane.

Blaumut | Pa amb oli i sal. Xavi de la Iglesia, paroles et musique ; Xavi de la Iglesia & Oriol Aymat, arrangements ; Blaumut, groupe instrumental & vocal (Xavi de la Iglesia, chant, guitares, guitare basse ; Vassil Lambrinov, violon, « xerrac », sifflets & percussions ; Oriol Aymat, violoncelle, voix & sifflets ; Manel Pedrós, batterie & chœurs) ; Sergi Goubert, contrebasse.
Vidéo : Enric Recoder, réalisation. 2012. Bande son extraite de l’album El Turista (Picap, 2012).

Prudence : si on écoute cette chanson, son motif sifflé récurrent s’insinue en soi et s’y installe durablement.

Fes una foto del terrat
que des d’aquí es pot veure Mart.
La roba estesa, el meu agost,
un camp d’espigues i cargols.
Prends une photo sur la terrasse
Parce que d’ici on peut voir Mars.
Le linge étendu, mon mois d’août,
Un champ d’épis et d’escargots.
Esperarem que passi el fred
i sota l’arbre parlarem de tot.
Un bioritme elemental,
un mar d’antenes i animals.
On attendra que le froid passe,
Et sous l’arbre on parlera de tout.
Un biorythme élémentaire,
Une mer d’antennes et d’animaux.
Els astronautes volen baix,
els núvols passen com qui no diu res.
Amb les butxaques a les mans
caminarem els passos d’altres peus…
Les astronautes volent bas,
Les nuages passent l’air de rien.
Les poches dans les mains
Nous suivrons les pas d’autres pieds…
Esmorzarem pa amb oli i sal,
ho vestirem amb unes copes de vi,
deixant de banda la ciutat,
la tarda és llarga i potser més, molt més, la nit.
On déjeunera de pain à l’huile et au sel
qu’on habillera de quelques verres de vin
La ville on la laissera derrière nous
La soirée est longue, et peut-être plus longue, bien plus longue, la nuit.
Un altre lloc, un altre temps,
on parlarem amb altres déus.
El meu secret subtitulat,
camins d’arròs, camins de blat.
Un autre lieu, un autre temps,
Pour y parler avec d’autres dieux.
Mon secret sous-titré,
Chemins de riz, chemins de blé.
Esperarem que baixi el sol
i sota l’arbre parlarem del temps.
Un bioritme elemental,
un tros de vida artificial.
On attendra le coucher du soleil,
Et sous l’arbre on parlera du temps.
Un biorythme élémentaire,
Un morceau de vie artificielle.
Xavi de la Iglesia. Pa amb oli i salt (2012).
Xavi de la Iglesia. Du pain à l’huile et au sel, traduit de Pa amb oli i sal (2012), par L. & L.

Voilà.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :