Skip to content

Sílvia Pérez Cruz & Raül Fernandez Miró : nouvel album en forme de grenade

2 mai 2014

Le nouvel album de Sílvia Pérez Cruz, non pas seule mais en duo avec son collègue et complice de longue date Raül Fernández, est annoncé pour dans quelques jours, le 6 je crois. Il s’appelle granada — sans majuscule apparemment.

Il comprendra des morceaux que Sílvia Pérez Cruz a portés à son répertoire depuis longtemps comme Corrandes d’exili de Lluís Llach ou Gallo rojo, gallo negro, de Chicho Sánchez Ferlosio. Sont annoncés par ailleurs [voir : Sílvia Pérez Cruz i Raül Fernández presenten ‘Granada’] des choses plus inattendues, comme une chanson d’Édith Piaf (laquelle ? nulle autre que L’hymne à l’amour) et ce lied de Schumann, extrait du cycle Dichterliebe [Les amours du poète], op. 48. Sera-ce une forme d’homenatje à son illustre compatriote Victòria dels Àngels ?

Robert Schumann (1810-1856) | Aus meinen Tränen sprießen, extrait de Dichterliebe, op. 48. Musique de Robert Schumann ; poème de Heinrich Heine ; Sílvia Pérez Cruz, chant ; Raül Fernández, guitare. De l’album Granada / Sílvia Pérez Cruz & Raül Fernández Miró, mai 2014.

Aus meinen Tränen sprießen
Viel blühende Blumen hervor,
Und meine Seufzer werden
Ein Nachtigallenchor.

Und wenn du mich lieb hast, Kindchen,
Schenk’ ich dir die Blumen all’,
Und vor deinem Fenster soll klingen
Das Lied der Nachtigall.
Heinrich Heine (1797-1856). Aus meinen Tränen sprießen (1823)

De mes larmes ont éclos
Nombre de fleurs épanouies
Et mes soupirs forment
Un chœur de rossignols.

Et si tu m’aimes bien, petite,
Je t’offrirai toutes les fleurs,
Et devant ta fenêtre résonnera
Le chant du rossignol.
Heinrich Heine (1797-1856). Aus meinen Tränen sprießen (1823) [français]. Traduction Claire Placial, dans Le festin de Babel (blog).

Enrique Granados [Enric Granados] (1867-1916) | El majo tímido. De aquel majo amante. El tra-la-la y el punteado. Extraits de Tonadillas escritas en estilo antiguo (1910). Enrique Granados [Enric Granados], musique ; Fernando Periquet, textes ; Victoria de los Ángeles [Victòria dels Àngels], chant ; Felix Zanetti, piano. Captation : Besançon (France), 14 novembre 1967.
Cotient aussi :
Amadeo Vives (1871/1932) | El amor y los ojos. El retrato de Isabela. Extraits de : Canciones epigramáticas (1916).
Xavier Montsalvatge (1912-2002) | Canción de cuna para dormir a un negrito, extraite de : Cinco canciones negras (1945).

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :