Skip to content

Sílvia Pérez Cruz & Coetus — Gallo rojo, gallo negro

5 juillet 2013

Sílvia Pérez Cruz en concert, mercredi 10 juillet 2013, 21h30

Arles – Soirée Suds au Théâtre Antique
En 1ère partie de Melody Gardot
Rue du Cloître
13200 Arles

Voir ce concert sur le site du festival

………

Parmi les innombrables collaborations artistiques de Sílvia Pérez Cruz avec d’autres musiciens il y a celle-ci, avec l’ensemble Coetus, « orchestre de percussions ibériques » comme il se définit lui-même. Sílvia Pérez Cruz tient la partie de soliste vocale dans La Solterita, un des morceaux du premier album de Coetus (Coetus, 2009), et dans Gallo rojo du second (Entre tierras, 2012), tandis que, juste retour des choses, Coetus est crédité dans 11 de novembre, à ce jour l’unique album soliste de la chanteuse (2012).

Gallo rojo, gallo negro (Coq rouge, coq noir), chanson écrite et composée dans les années 1960 par Chicho Sánchez Ferlosio (1940-2003), fait allusion à la lutte antifranquiste.

Coetus & Sílvia Pérez Cruz. Gallo rojo, gallo negro / Chicho Sánchez Ferlosio, paroles et musique ; Sílvia Pérez Cruz, chant ; Coetus, ensemble instrumental. Captation : San Marino (Saint-Marin), date non précisée (vers 2009).

Cuando canta el gallo negro
es que ya se acaba el día
Si cantara el gallo rojo
otro gallo cantaría

Ay, si es que yo miento
que el cantar que yo canto
lo borre el viento
Ay, qué desencanto
si me borrara el viento
lo que yo canto

Se encontraron en la arena
los dos gallos frente a frente
El gallo negro era grande
pero el rojo era valiente

Se miraron cara a cara
y atacó el negro primero
El gallo rojo es valiente
pero el negro es traicionero

Gallo negro, gallo negro,
gallo negro, te lo advierto:
no se rinde un gallo rojo
más que cuando está ya muerto.
Chicho Sánchez Ferlosio (1940-2003). Gallo rojo, gallo negro.

Quand chante le coq noir
C’est que déjà le jour finit
Si le coq rouge chantait
On entendrait un autre coq chanter

Ah ! si je mens
Le chant que je chante
Que le vent l’emporte !
Ah ! Quelle désillusion,
Si le vent emportait
Ce que je chante !

Ils se sont rencontrés dans l’arène
Les deux coqs face à face
Le coq noir était grand,
Mais le rouge était vaillant.

Ils se sont regardés dans les yeux
Et le noir a attaqué le premier
Le coq rouge est vaillant
Mais le noir est traître.

Coq noir, coq noir,
Coq noir, je t’avertis :
Un coq rouge ne se rend pas
Sinon quand il est mort !
Chicho Sánchez Ferlosio (1940-2003). Gallo rojo, gallo negro. Traduction L. & L.

………

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :