Skip to content

Colapesce | S’illumina

17 mai 2014

Étonnant non ? Ce qui est jeté dans la valise, comme un amas de témoignages d’une adolescence avec laquelle il s’agirait d’en finir. (Ou bien s’agit-il d’une mesure de sauvegarde ?)

Mais traces d’une époque révolue depuis bien longtemps. Beaucoup datent des années 1970 : Léo Ferré In italiano : 1972 ; le film de Visconti La mort à Venise : 1971 ; l’album Canzoni de Fabrizio de André (1940-1999) : 1974 ; L’amore è un marinaio, de Rosanna Fratello : 1970 ; Five leaves left, de Nick Drake : 1969 ; les albums Heroes, de David Bowie, et Death of a ladies’ man, de Leonard Cohen : 1977 ; une cassette VHS (créée en 1977, utilisée jusque dans les années 2000).

Une édition des Illuminations de Rimbaud : l’adolescence.

Il malpensante (1987), le livre de l’auteur sicilien Gesualdo Bufalino, et pour finir le téléphone portable qui sonne en affichant « chiamata in arrivo – Claudia – Palermo » (appel entrant, Claudia, Palerme) : la Sicile, terre dont est originaire Colapesce.

Colapesce est en concert ce soir à Paris (Festival Maggio).
Voir : Au festival Maggio, une autre variété italienne est possible, dans Le Monde en ligne, 14 mai 2014.

Colapesce | S’illumina / Lorenzo Urciullo, paroles et musique ; Colapesce, ensemble vocal et instrumental. Extrait de : Un meraviglioso declino. [Italie] : 42 records, 2012.

[…]
Rianimo le vesti sparse nel parquet
Due giovani sul tetto scrutano la piazza
Sbircio anch’io

M’illumino la notte non c’è stata mai
M’illumino la notte non c’è stata mai
M’illumino la notte non c’è stata mai
E dalle feritoie sanguina il castello

S’illumina, la notte poi s’illumina
Si spengono i cartelli luminosi
E piove luce intorno a noi
[…]
La civiltà s’illumina di meno e noi
Restiamo qui a sperare che qualcosa cambi
…Ma non cambia mai
Lorenzo Urciullo. S’illumina (2012).

[…]
Je ranime les vêtements épars sur le parquet
Sur le toit deux jeunes scrutent la place
Je regarde moi aussi

Je m’illumine, il n’y a jamais eu de nuit
Je m’illumine, il n’y a jamais eu de nuit
Je m’illumine, il n’y a jamais eu de nuit
Et des blessures saigne le château.

S’illumine, la nuit alors s’illumine
S’éteignent les enseignes lumineuses
Et la lumière tombe en pluie autour de nous.
[…]
La civilisation se fait moins lumineuse, et nous
Restons là dans l’attente que quelque chose change
… Mais rien ne change jamais.
Lorenzo Urciullo. S’illumina (2012). Traduction L. & L.

S’illumina la notte poi s’illumina
Si spengono i cartelli luminosi
E piove luce intorno a noi

Riflettono le barche dentro casa tua
Riemergono dal cuore dei palazzi le signore
E’ giorno ormai

M’illumino mi vesto insieme all’ombra tua
Programmo le mie ore per l’accumulo di luce
Insieme a te

Rianimo le vesti sparse nel parquet
Due giovani sul tetto scrutano la piazza
Sbircio anch’io

M’illumino la notte non c’è stata mai
M’illumino la notte non c’è stata mai
M’illumino la notte non c’è stata mai
E dalle feritoie sanguina il castello

S’illumina, la notte poi s’illumina
Si spengono i cartelli luminosi
E piove luce intorno a noi

Riflettono le barche dentro casa tua
Riemergono dal cuore dei palazzi le signore
E’ giorno ormai

La civiltà s’illumina di meno e noi
Restiamo qui a sperare che qualcosa cambi
…Ma non cambia mai
M’illumino la notte non c’è stata mai
M’illumino la notte non c’è stata mai
M’illumino la notte non c’è stata mai
E dalle feritoie sanguina il castello

Lorenzo Urciullo. S’illumina (2012).

Écouter sur Deezer

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :