Skip to content

M’a mise dans une pierre

13 juin 2013

Aurora s’adressa à mon oncle :
— Pardonnez-moi, signorìa, dit-elle en le regardant à peine, toute pensive. Autrefois j’étais une dame, nous avions des terres et des maisons. Mon fiancé était noble. Il avait les yeux bleus et le visage blanc. Puis Dieu est venu et m’a mise dans une pierre. Mais demain je me réveille.
Anna Maria Ortese (1914-1998). Aurora Guerrera. Traduit de Aurora Guerrera (1956) par Marguerite Pozzoli.
Dans : Aurora Guerrera et autres nouvelles, Actes Sud, impr. 2008. ISBN 978-2-7427-7438-8. Page 207.

Aurora si rivolse a mio zio: « Signorìa mi perdona » disse guardandolo appena, tutta assorta. « Una volta ero una signora, avevamo terre e case. Il mio fidanzato era nobile. Aveva gli occhi celesti e la faccia bianca. Poi venne Dio e mi mise dentro una pietra. Ma domani mi sveglio. »
Anna Maria Ortese (1914-1998). Aurora Guerrera (1956).

Dans : Angelici dolori e altri racconti, a cura di Luca Clerici, Adelphi, 2006. ISBN 88-459-2111-5. Page 390.

Βούλα Ζουμπουλάκη [Voúla Zoumbouláki]. Η πέτρα [I pétra] / Μάνος Χατζιδάκις [Mános Hadjidákis], paroles et musique ; Βούλα Ζουμπουλάκη [Voúla Zoumbouláki], chant. Extrait de la musique de scène composée par Mános Hadjidákis pour la pièce Ce soir on improvise (Questa sera si recita a soggetto, 1930) de Luigi Pirandello, dans la production de la compagnie Μυράτ-Ζουμπουλάκη [Myrát-Zoumbouláki] (Athènes, 1962). Titre grec : Απόψε αυτοσχεδιάζουμε [Apópse avtoschediázoume]

Η πέτρα [I pétra] La pierre
Η πέτρα είν’ ο θάνατος
η πέτρα είν’ η ζωή μου,
φυτρώσαν άσπρα γιασεμιά
μες την αναπνοή μου.
La pierre c’est la mort
La pierre c’est ma vie,
Des jasmins blancs
Germent de mon souffle.
Είμ’ ένα δέντρο έρημο
στην πέτρα σπάει η φωνή μου,
δεν μπαίνει αγέρας μήτε φως
πετρώνει το κορμί μου.
Je suis un arbre déserté
Ma voix se brise dans la pierre
Où ne pénètrent ni air ni jour
Et mon corps devient pierre.
Είναι η κραυγή της μάνας μου
είναι η πληγή του κόσμου,
φέρτε κρασί φέρτε φωτιά
να κάψω τον καημό μου.
C’est le cri de ma mère
C’est la blessure du monde
Qu’on me donne du vin, qu’on me donne du feu
Pour brûler ma douleur.
Μάνος Χατζιδάκις [Mános Hadjidákis] (1925-1994). Η πέτρα [I pétra] (1961).
Μάνος Χατζιδάκις [Mános Hadjidákis] (1925-1994). La pierre, traduit de : Η πέτρα [I pétra] par L. & L., d’après une traduction automatique de l’original grec.

L. & L.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :