Aller au contenu principal

Amália Rodrigues — Ai Joaquina

22 janvier 2013

 Amália Rodrigues (1920-1999). Ai Joaquina / Amália Rodrigues, paroles ; Carlos Gonçalves, musique ; Amália Rodrigues, chant ; Carlos Gonçalves et José Fontes Rocha, guitare portugaise ; Pedro Leal, guitare classique ; Joel Pina, basse acoustique. Vidéo : RTP (Rádio e Televisão de Portugal). Captation : Lisbonne, Coliseu dos Recreios, Grande noite do fado, 1982.

Je m’en veux un peu (mais non, mais qu’est-ce que je dis) d’aimer ce genre de chansons désuètes, ces marches très enlevées (celle-ci, presque un paso-doble) pour lesquelles Amália elle-même avait une certaine prédilection. Le rythme rapide laisse à peine percevoir que la mélodie, exécutée sur un autre tempo, pourrait être celle d’un fado. Amália la chante en effet comme un air entraînant, propre à faire participer le public qui bat des mains comme elle l’y invite, mais les paroles (qui sont d’elle, elle le dit dans sa présentation) sont atroces :

Amarelo é o ouro, branca é a prata
Encarnada a boca de quem me mata.

L’or est jaune, blanc l’argent
Et rouge la bouche de celle / celui qui me tue.

Le reste des paroles, je ne le comprends que par bribes.

Il s’agit d’un extrait du récital donné par la chanteuse, âgée alors de 62 ans, lors de la Grande Noite do Fado de 1982. La chanson est inédite. Il n’en existe aucun enregistrement officiel, ni en studio, ni en public. Il n’y a que ça.

L. & L.

2 commentaires leave one →
  1. João Pedro Califórnia permalink
    17 juillet 2022 21:25

    Amarelo é o ouro
    E branca a prata
    Encarnada a boca
    Ai, de quem me mata
    Ó Joaquina
    És um lindo amor perfeito
    Cintura fina
    E abusadinha no peito
    Ó Joaquina
    Levas os olhos no chão
    Vê se me encontras
    No chão o meu coração
    Amarelo é o ouro
    E branca é a prata
    Encarnada a boca
    De quem me mata
    Quem fora negro
    Quem fora negro gatinho
    E na janela
    Na tua janela entrasse
    E a ti te desse
    E a ti te desse um beijinho
    E à tua mãe
    E à tua mãe arranhasse
    Amarelo é o ouro
    E branca é a prata
    Encarnada a boca
    De quem me mata

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :