Aller au contenu principal

Mephitis

26 janvier 2013

Lorsque j’ai ouvert Une fille, qui danse de Julian Barnes, il s’en est élevé une odeur si désagréable, s’épanouissant dans l’air et s’y établissant comme le fait un parfum, prenant puissamment ses aises, se combinant avec toutes celles de la librairie, si délibérément malveillante que je n’ai eu que le temps de lire la première phrase du livre avant de le clore et de m’enfuir vers la littérature italienne. Je ne me rappelle pas la phrase ; seulement qu’elle est courte.

Que ceci te serve de mise en garde. Masque à gaz requis pour cette lecture, si elle est dans tes intentions.

L. & L.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :