Skip to content

Die Seeräuber-Jenny (Jenny des corsaires)

19 octobre 2012

Affiche du film L 'opéra de quat'sous. Georg Wilhelm Pabst, 1931
Affiche du film L ‘opéra de quat’sous (1931). Georg Wilhelm Pabst, réalisateur.

Puisqu’il était question de Die Seeräuber-Jenny (mais oui voyons, dans ce billet sur Meu amor é marinheiro), en voici un peu : trois interprétations différentes.

Dans Die Dreigroschenoper (L’opéra de quat’sous, de Kurt Weill et Bertold Brecht), la chanson relève du rôle de Die Spelunken-Jenny (Jenny-des-lupanars), une prostituée qui attend un navire, elle aussi. Mais ce bateau dont rêve Jenny arbore pavillon noir, et de ses flancs pointent cinquante canons prêts à bombarder la ville. Jenny rêve de vengeance surtout, plus encore que de liberté. Elle rêve que les corsaires lui demandent — à elle qui est tenue au plus bas de la société, là où on ne peut que se faire piétiner — lesquels parmi ses oppresseurs familiers ils doivent supprimer, de sorte qu’elle puisse répondre dans un paroxysme de jouissance : « tous ! ». Puis devenue Jenny-des-corsaires, quitter triomphalement la ville à bord de ce bateau.

L’opéra de quat’sous a été créé en 1928 à Berlin, avec dans le rôle de Jenny la grande Lotte Lenya (1898-1981) — qui était la femme de Kurt Weill. Dans cette première version la chanson désignée plus tard sous le titre de Die Seeräuber-Jenny était chantée par un autre personnage de la pièce, Polly Peachum.

En revanche dans le film que Georg Wilhelm Pabst tire de la pièce (Die 3-Groschen-Oper, 1931) la chanson relève bien du rôle de Jenny, toujours interprété pat Lotte Lenya :

Lotte Lenya. Die Seeräuber-Jenny / Bertolt Brecht, paroles ; Kurt Weill, musique ; Lotte Lenya (Die Spelunken-Jenny = Jenny-des-lupanars), chant. Extrait du film Die 3-Groschen-Oper, réalisation Georg Wilhelm Pabst. Allemagne, 1931.

Deux versions du film ont été tournées simultanément par Pabst, une en allemand et une en français, avec des distributions différentes. Le rôle de Jenny est tenu dans le film français (L’opéra de quat’sous, 1931) par Margo Lion (1899-1989) :

Margo Lion. La fiancée du pirate (Die Seeräuber-Jenny) / Bertolt Brecht, paroles ; Kurt Weill, musique ; Margo Lion (Jenny-des-lupanars), chant. Extrait du film L’opéra de quat’sous, réalisation Georg Wilhelm Pabst. Allemagne, 1931.

Presque de la même époque (1934) date une autre chanson de Kurt Weill sur le même thème, composée lors du séjour qu’il fit à Paris avant son exil new-yorkais. J’attends un navire fait partie de la musique de scène de Marie-Galante, une pièce de Jacques Deval. Lys Gauty et Florelle, toutes deux interprètes de la version française du film L’opéra de quat’sous de Pabst, ont à l’époque enregistré la chanson. On peut les écouter l’une et l’autre sur Deezer (Lys Gauty, 1934, Florelle, 1934).

Beautiful girl ! Bella Francesa !
Deux dollars !
Tu seras content.
Entre chez moi, mets-toi à l´aise
Prends-moi, paye-moi
Et va-t´en !
Pars, ce n´est pas toi que j´attends.

J´attends un navire qui viendra
Et pour le conduire, ce navire a
Le vent de mon cœur qui soupire
L´eau de mes pleurs le portera
Et si la mer veut le détruire
Ce navire qui viendra
Je le porterai, ce navire
Jusqu´à Bordeaux entre mes bras !
[…]
Jacques Deval et Roger Fernay. J´attends un navire. Extrait de : Marie-Galante (1934), pièce de Jacques Deval, musique de scène de Kurt Weill.

Pour en revenir à Die Seeräuber-Jenny, je voulais inclure dans ce billet la version italienne de Milva dans l’adaptation que fit Giorgio Strehler (1921-1997) de Die Dreigroschenoper. Elle est incluse dans l’album Milva canta Brecht (1971), réalisé sous la direction de Strehler, avec un remarquable accompagnement de piano de Walter Baracchi. Pour mon goût, c’est ce que Milva a fait de mieux de toute sa carrière. L’album est toujours disponible. Il n’a pas pris une ride.

Milva. Jenny dei pirati (Die Seeräuber-Jenny) / Bertolt Brecht, paroles ; Giorgio Strehler, adaptation italienne ; Kurt Weill, musique ; Milva, chant ; accompagnement de piano [Walter Baracchi ?]. Extrait de L’opera da tre soldi. Vers 1972.

Milva a tenu le rôle de Jenny sur scène, dans la mise en scène de Giorgio Strehler, en 1973.

L. & L.

Sur Kurt Weill : http://www.musicologie.org/Biographies/weill_kurt.html

Milva
Milva canta Brecht (1971)

Milva canta Brecht (1971)Milva canta Brecht / diretta da Giorgio Strehler ; Milva, chant ; Walter Baracchi, piano. — Italie : Ricordi, 1971. — 1 disque 33 t.

Ricordi MLP 15.927 (1971). — Réédité par Sony/BMG.

Milva canta Brecht (1971) dans Discogs.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :