Aller au contenu principal

Bon anniversaire, Monsieur de la Personne

13 juin 2022

Fernando Pessoa (1888-1935). Photographie, auteur inconnu. 1914? Domaine public.
Fernando Pessoa (1888-1935). Photographie, auteur inconnu. 1914? Domaine public.

134 ans aujourd’hui, 13 juin 2022.


Do vale à montanha,
Da montanha ao monte,
Cavalo de sombra,
Cavaleiro monge,
Por casas, por prados,
Por quinta e por fonte,

Par vaux et par monts,
Par monts et par vaux,
Cheval de ténèbre
Et moine chevalier,
Par les demeures, par les prés,
Par fermes et fontaines,

Caminhais aliados.
Do vale à montanha,
Da montanha ao monte,
Cavalo de sombra,
Cavaleiro monge,
Por penhascos pretos,

Unis vous allez.
Par vaux et par monts,
Par monts et par vaux,
Cheval de ténèbre
Et moine chevalier,
Sur les noires falaises

Atrás e defronte,
Caminhais secretos.
Do vale à montanha,
Da montanha ao monte,
Cavalo de sombra,
Cavaleiro monge,

En arrière, en avant,
Secrets, vous allez.
Par vaux et par monts,
Par monts et par vaux,
Cheval de ténèbre
Et moine chevalier,

Por plainos desertos
Sem ter horizontes,
Caminhais libertos.
Do vale à montanha,
Da montanha ao monte,
Cavalo de sombra,

Par les plaines désertes
Privées d’horizon,
Libres vous allez.
Par vaux et par monts,
Par monts et par vaux,
Cheval de ténèbre

Cavaleiro monge,
Por ínvios caminhos,
Por rios sem ponte,
Caminhais sozinhos.
Do vale à montanha,
Da montanha ao monte

Et moine chevalier,
Par mauvais chemins,
Par fleuves sans pont,
Tout seuls vous allez.
Par vaux et par monts,
Par monts et par vaux,

Cavalo de sombra,
Cavaleiro monge,
Por quanto é sem fim,
Sem ninguém que o conte,
Caminhais em mim.

Cheval de ténèbre
Et moine chevalier,
Par ce qui est sans fin
Et sans nul pour le dire,
En moi vous allez.
Fernando Pessoa (1888-1935). Do vale à montanha (24 octobre 1932), extrait de : Poesias (1942, 1ère publication).
.
Fernando Pessoa (1888-1935). Par vaux et par monts, trad. par L. & L. de Do vale à montanha (24 octobre 1932), extrait de : Poesias (1942, 1ère publication).

Amália, la première à avoir employé dans son répertoire des œuvres des grands auteurs de la littérature lusophone, n’a jamais chanté Pessoa. Elle disait que sa poésie n’était pas faite pour ça.

Elle morte, les fadistes nouveaux ont puisé partout, dans ce qui leur tombait sous la main. Suffisait de trouver un poème dont la métrique s’accordait à un fado traditionnel ; ou du moins des vers réguliers, en couplets, facilement mettables en musique — et y avait qu’à se servir.

Exemple.

MarizaCavaleiro monge. Poème de Fernando Pessoa ; Mário Pacheco, musique.
Mariza, chant ; Mário Pacheco, guitare portugaise ; António Neto, guitare ; Marino Freitas, basse acoustique.
Enregistrement : Lisbonne, studios Xangrilá.
Extrait de l’album Fado curvo / Mariza. Portugal, ℗ 2003.

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :