Aller au contenu principal

Actualité de la saudade. 2. Conan Osíris

8 mai 2019

Actualité de la saudade
1. Stereossauro
2. Conan Osíris (ce billet)
2½. Conan Osíris (& João Reis Moreira) | Telemóveis
3. Fado Bicha
3½. Fado Bicha (& Elza Soares) | Mulher do fim do mundo

Après celui consacré à Stereossauro, voici le deuxième billet (sur trois) de la série « Actualité de la saudade ».

Conan Osíris partage avec Stereossauro une forme de considération pour Amália Rodrigues, au point de lui avoir consacré une chanson – sa première. Les deux artistes ont par ailleurs en commun une participation à l’Eurovision chacun : Stereossauro l’an dernier, dans la séquence d’ouverture du concours, organisé à Lisbonne suite à la victoire de Salvador Sobral en 2017 ; Conan Osíris cette année, en tant que représentant du Portugal à la compétition, qui a lieu la semaine prochaine.

2. Conan Osíris

Conan comme Conan, le fils du futur (en v.o. : 未来少年コナン, prononcer Mirai Shōnen Conan), héros d’une série d’animation japonaise ; Osíris comme le dieu de l’Égypte.

Tiago Miranda pour l’état-civil, 30 ans depuis janvier, né à Lisbonne, ancien étudiant en arts graphiques, travaillait dans un sex-shop avant d’être en mesure de se concacrer exclusivement à la musique, c’est à dire depuis le succès de son deuxième album Adoro bolos (« J’adore les gâteaux »), lancé en décembre 2017.

Conan Osíris fait tout lui-même : enregistrement, production, musique (électro, pop, avec des échos de mondes lointains ou proches : danses traditionnelles portugaises, airs orientaux, fado, chansons ordinaires…), paroles – généralement délirantes (voir celles de 100 paciência, ci-dessous) – mais pas toujours, exemple :

1 lágrima, 2 lágrimas, 3 lágrimas, 4 5 lágrimas, 6 lágrimas, 7 lágrimas, 8 9 lágrimas, 10 lágrimas, 10 mil milhões ao cubo e se não mais houver, é porque a vida acabou.
Conan Osíris. Ave lágrima.

1 larme, 2 larmes, 3 larmes, 4 5 larmes, 6 larmes, 7 larmes, 8 9 larmes, 10 larmes, 10 mille millions puissance 3, et s’il n’y en a plus, c’est que la vie est finie.

Qu’aurait-il à voir avec la saudade, avec le fado ? Ceci, publié en 2014 :

Conan Osíris | Amália. Conan Osíris, paroles & musique.
Conan Osíris, chant, production.
Extrait de l’album Silk / Conan Osíris. Portugal, 2014.

Tu sabes que a saudade bate forte
Bate bem mais forte que a sorte
Tu sabes que a saudade anda aos beijos com a morte
Sabes que a saudade anda aos beijos com a morte

Tu sais que la saudade frappe fort
Frappe bien plus fort que le sort
Tu sais que la saudade embrasse la mort
Tu sais que la saudade embrasse la mort
Amália pega em mim e leva-me a dançar
Sabes que eu só danço quando a saudade acabar
Amália pega em mim e leva-me pro mar
Sabes que eu só morro quando não te vir chorar

Amália passe me prendre et m’emmène danser
Tu sais que je ne danse que quand la saudade s’épuise
Amália passe me prendre et m’emmène à la mer
Tu sais que je ne mourrais que si je ne te voyais plus pleurer

Conan Osíris. Amália (2014). Conan Osíris. Amália, traduit de : Amália (2014) par L. & L.

Il s’agit bien d’Amália Rodrigues. « Amália » tout court, c’est forcément elle.

Conan Osíris a d’ailleurs cité comme source d’inspiration O Senhor Extraterrestre (« Monsieur l’Extraterrestre »), une chanson enregistrée par Amália en 1982 (reprise récemment avec beaucoup de verve par Gisela João), mettant en scène un extraterrestre déboussolé qui atterrit avec son « OVNI » [sic] dans le jardin d’une dame au moment même où celle-ci s’apprête à y étendre son linge. Surtout pour le soustraire à la curiosité de la voisine, elle l’invite à entrer prendre le café et à papoter comme il se doit (« Vous êtes d’où alors ? Y aurait pas quelqu’un chez vous qui pourrait me fournir de la morue ? Et vous êtes marié ? Vous avez des enfants ? Ah, un seul ? Quel âge il a ? Il ressemble au papa ou à la maman ? » Ce à quoi l’étranger, qui était « mal réglé » ne sait répondre que par des : « pi ! »

Amália, enregistré avec du matériel de fortune et publié comme complément incongru à une compilation de musiques fonctionnelles destinées à accompagner des défilés de mode, est la première chanson (avec des paroles) écrite par Conan Osíris. La première aussi dans laquelle il utilise sa voix. Elle n’a guère suscité de réactions au moment de sa publication. C’est Música, Normal (2016), le premier véritable album de Conan Osíris, qui commence à attirer sur lui l’attention du public. Les langues (anglais, portugais, coréen, japonais, espagnol) s’y mélangent. On y trouve une chanson qui parle déjà de gâteaux (Exame de pastelaria, « Examen de pâtisserie » ; une autre (1OVNI) qui fait écho au Senhor Extraterrestre d’Amália (« Je voudrais voir un ovni voler au-dessus de moi »).

Le succès de l’album suivant, Adoro bolos, paru le 30 décembre 2017, est fulgurant. Conan Osíris, de plus en plus sollicité par les organisateurs de concerts et la télévision, est alors rejoint à sa demande par un danseur, João Reis Moreira. Ils forment désormais une sorte de duo et se produisent presque toujours ensemble, comme ici, dans une émission de télévision diffusée en 2018. Voyez le visage de João, aussi merveilleusement inexpressif qu’une gomme tandis qu’il « se met en vrille et vous fait la chenille » comme la Môme caoutchouc. Voyez aussi le pantalon à carreaux de Conan, une splendeur.

Conan Osíris | 100 Paciência. Conan Osíris, paroles & musique.
Conan Osíris, chant, production ; João Reis Moreira, participant (danse).
Extrait de l’émission Super Swing, présentée par Joana Barrios e André E. Teodósio. Production : Canal Q. Portugal, 2019.
100 Paciência : contenu dans l’album Adoro bolos / Conan Osíris. Portugal, 2017.

Traduction (partielle, pour donner une idée) :

Je suis allé chez le médecin pour voir si c’était une encéphalite.
Je suis allé chez le médecin pour voir si c’était une hépatite
Mais il n’y avait pas de solution

Je suis allé chez le médecin pour voir si c’était une spondylarthrite.
Je suis allé chez le médecin pour voir si c’était une amygdalite
Mais il n’y avait pas de solution

Et elle a crié
Je vais vous prescrire du Clementia
Je sais que vous ne le prendrez pas
J’ai de l’expérience, croyez-moi
Je ne suis pas prix Nobel de sciences
Mais ça se voit sur votre figure, vous êtes le 100

100, 100
Le sans patience, le 100
Le sans patience
Zéro-un-zéro-un, le 100, le 100
Le sans patience

Docteur
C’est vrai mais c’est de la paranoïa
Je vous adore comme fadiste, je vous assure, vous êtes géniale
Regardez encore,
Je suis sûr que je suis malade.
Faites-moi une TDM, une radio,
Regardez bien, c’est pas une dent ?

Et elle a crié,
J’en ai assez
En fait vous êtes un crétin
Ça se voit tout de suite, ces vêtements, cette tête vulgaire
Si vous ne comprenez pas, si vous manquez de vocabulaire
Je vais vous le dire en maths, vous êtes :

10 au carré
25 par 4
années d’un siècle passé
50 par 2.

Le sans patience, le 100.

On aura noté que le médecin, une femme (a médica : le mot médecin a un féminin, en portugais) est aussi une fadiste (comme Kátia Guerreiro, par exemple).

Les costumes, toujours d’une grande extravagance, l’aspect queer des deux jeunes gens, la singularité de leurs « performances », leur liberté de ton intriguent, agacent ou émerveillent. La presse portugaise, qui a fini par s’intéresser au phénomène, reste circonspecte, incertaine de ce qu’il conviendrait d’en penser. Faut-il voir en Conan Osíris « une nullité excentrique ou un génie visionnaire ? » (c’est le titre d’un article paru dans le magazine Visão). On interroge des spécialistes, tout aussi gênés. Tous essaient de le classer, de le raccrocher à quelque chose de connu, sans y parvenir. Le seul rapprochement pertinent, que d’ailleurs l’intéressé ne refuse pas, est celui, souvent évoqué, avec António Variações (1944-1984). Mais ce n’est que l’un des aspects du personnage.

C’est dans l’effervescence suscitée par Adoro bolos que Conan Osíris se voit invité à participer au Festival da Canção 2019, qu’il remporte haut la main avec Telemóveis, une chanson dont la musique, si elle était chantée avec accompagnement de guitare portugaise et de guitare, passerait sans difficulté pour un fado. N’était la singularité des paroles. Ce sera l’objet d’un prochain billet…

À suivre, donc.

À lire :

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :