Aller au contenu principal

Roberto M. Giordi | Core ‘ngrato

6 septembre 2018

Roberto M. Giordi | Core ‘ngrato. Riccardo Cordiferro (pseud. de Alessandro Sisca), paroles ; Salvatore Cardillo, musique.
Roberto M. Giordi, chant ; Piero de Asmundis, arrangements et production artistique. Extrait de l’album Il sogno di Partenope (à paraître).
Vidéo : Alessandro Freschi, réalisation et montage. Italie, 2018.

Le cher Roberto, le Napolitain de Paname, enlève le haut dans sa nouvelle vidéo. Le bas aussi, il ne faut pas en douter même si on ne le voit pas, car Core ‘ngrato, l’une des plus célèbres chansons napolitaines, parle de dépouillement absolu : « Tu m’as pris ma vie » dit le refrain. Ce morceau est le premier publié d’un album entièrement consacré à Naples, Il sogno di Partenope (« Le songe de Parthénope »), à paraître sous peu.

La chanson remonte à 1911. Le texte est l’œuvre d’un certain Alessandro Sisca, Napolitain émigré en 1892 aux États-Unis où il a connu une carrière de journaliste, d’écrivain et de comédien. Il signait ses poèmes du pseudonyme de Riccardo Cordiferro (« Richard Cœur-de-Fer ») et c’est pourtant ce « Cœur ingrat » qui l’a rendu célèbre. Core ‘ngrato, créé par Caruso, est au répertoire de tous les interprètes de chansons napolitaines ; on en trouve d’innombrables versions sur le Web. Ce sonts souvent des ténors, qui ne font pas toujours dans la nuance, qui s’en emparent, mais on peut aussi l’entendre par des voix moins tonitruantes, par exemple celle du grand Roberto Murolo.

Catarì, Catarì,
Pecché me dice sti parole amare,
Pecché me parle e ‘o core
Me turmiente Catarì?
Nun te scurdà ca t’aggio date ‘o core, Catarì
Nun te scurdà!
Catarì, Catarì, che vene a dicere
Stu parlà, che me dà spaseme?
Tu nun nce pienze a stu dulore mio
Tu nun nce pienze tu nun te ne cure
Caterina, Caterina,
Pourquoi tu me dis toutes ces paroles amères?
Pourquoi tu me parles, pourquoi
tu me tortures le cœur, Caterina?
N’oublie pas que je t’ai donné mon cœur, Caterina
N’oublie pas !
Caterina, Caterina, qu’est-ce que ça veut dire
Ce que tu racontes ? Ça me met hors de moi
Tu n’as pas idée de tout ce que je souffre
Tu n’y penses pas, ça t’est bien égal
Core, core ‘ngrato
Te haie pigliato ‘a vita mia
Tutt’ è passato
E nun nce pienze cchiù!
Cœur, cœur ingrat
Tu m’as pris ma vie
Pour toi c’est du passé
Et tu n’y penses plus.
Catarì, Catarì,
Tu nun ‘o saie ca ‘nfin int’a na chiesa
Io só trasuto e aggio priato a Dio, Catarì
E l’aggio ditto pure a ‘o cunfessore:
I’ sto a suffrì
Pe chella llà!
Caterina, Caterina
Tu ne sais pas ? Je suis même entré
Dans une église et j’ai prié Dieu, Caterina
Et je l’ai dit aussi au confesseur :
J’ai mal
À cause de cette femme-là !
Sto a suffrì,
Sto a suffrì, nun se pó credere,
Sto a suffrì tutte li strazie!
E ‘o cunfessore ca è persona santa,
M’ha ditto: Figlio mio, lassala stà, lassala stà
J’ai mal
Tellement qu’on ne peut pas le croire
Je souffre tous les tourments !
Et le confesseur, qui est un saint homme
M’a dit : Mon fils, oublie-la, oublie-la
Core, core ‘ngrato
Te haie pigliato ‘a vita mia
Tutt’ è passato
E nun nce pienze cchiù!
Cœur, cœur ingrat
Tu m’as pris ma vie
Pour toi c’est du passé
Et tu n’y penses plus.
Riccardo Cordiferro (1875-1940). Core ‘ngrato (1911).
Riccardo Cordiferro (1875-1940). Core ‘ngrato, traduit par L. & L. à partir de la traduction italienne publiée dans Wikipedia [it]

One Comment leave one →
  1. 6 septembre 2018 14:13

    A reblogué ceci sur Niala-Loisobleu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :