Skip to content

Vendredi 13

15 novembre 2015

Lisbonne (Portugal). La tour de Belém tricolore suite aux attentats de Paris et Saint-Denis du vendredi 13 novembre 2015. Photo Pedro Rocha/Global Imagens, publiée dans Diario de Notícias (en ligne) le 14 novembre 2015.
Lisbonne (Portugal). La tour de Belém tricolore suite aux attentats de Paris et Saint-Denis du vendredi 13 novembre 2015. Photo Pedro Rocha/Global Imagens, publiée dans Diario de Notícias (en ligne) le 14 novembre 2015.

Disse-te adeus e morri
E o cais vazio de ti
Aceitou novas marés.
Gritos de búzios perdidos
Roubaram dos meus sentidos
A gaivota que tu és.

Je t’ai dit adieu, et je suis tombée morte
Et le quai, vide de toi
A reçu d’autres marées
Des appels de conques perdus
Ont arraché à mon cœur
Cette mouette que tu es.
Gaivota d’asas paradas
Que não sentes madrugadas
E acorda à noite a chorar
Gaivota que faz o ninho
Porque perdeu o caminho
Onde aprendeu a sonhar.

Mouette aux ailes repliées
Qui ne sent plus les aubes
Et s’éveille en larmes la nuit
Mouette qui fait son nid
Car elle a perdu le chemin
Où elle avait appris à rêver.
Preso no ventre do mar
O meu triste respirar
Sofre a invenção das horas
Pois na ausência que deixaste
Meu amor, como ficaste
Meu amor, como demoras.

Pris dans le ventre de la mer
Mon souffle triste
Subit l’invention des heures
Dans l’absence que tu as laissée
Mon amour, comme tu es présent,
Mon amour, comme tu demeures !
Vasco de Lima Couto (1923-1980). Disse-te adeus e morri.
Vasco de Lima Couto (1923-1980). Je t’ai dit adieu, et je suis tombée morte, traduit de Disse-te adeus e morri par L. & L.

Amália Rodrigues | Disse-te adeus e morri. Vasco de Lima Couto, paroles ; José António Sabrosa, musique ; Amália Rodrigues, chant ; Conjunto de guitarras [Ensemble de guitares] de Raúl Néry, accompagnement. Extrait de l’album Vou dar de beber à dor (1968).

3 commentaires leave one →
  1. denise permalink
    15 novembre 2015 14:58

    un magnifique texte de nilda fernandez sur le sujet

    http://blogs.mediapart.fr/blog/nilda-fernandez/151115/la-douleur-na-pas-de-passeport?utm_campaign=2985066&utm_medium=email&utm_source=Emailvision

  2. 17 novembre 2015 12:21

    … tant de raisons de pleurer mon cher Phil…pensées amicales

    • 19 novembre 2015 16:35

      Tant de raisons… tant de raisons…
      Bises
      Ph.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :