Skip to content

Bungaro | Fare e disfare

26 novembre 2014

Pour bien commencer la journée. Une journée italienne, et mélancolique. Bungaro est un chanteur (et compositeur), aujourd’hui quinquagénaire, originaire de Brindisi dans les Pouilles — l’antique Apulie.

Bungaro | Fare e disfare. Pino Romanelli, paroles ; Bungaro, musique ; Bungaro, chant ; Aidan Zammit, piano, arrangements et direction ; Lisa Green, violon ; Pasquale Filasto, violoncelle. Extrait de l’album L’attesa / Bungaro, [Italie], Aliante/Delta Dischi/RCA, 2004.

Sei tu che non chiedi permesso
Sei entrata e sei uscita lo stesso…
A volte appena sfiorandomi
Altre come se non ci fossi…
Adesso non sopporto le scuse
Scusarsi è come avere pochissima memoria
I tuoi silenzi fanno male…
Lasciano tracce non ti perdono
Sono lividi e fiori… son lividi e fiori
che portiamo nel cuore…
sono lividi e spine e il dolore si sente…
E ho bisogno di aria e di ventilazione
fare due passi nella notte e scordare il tuo nome…
ne ho bisogno come respirare e nascondermi
in un niente solo fare e disfare…
in un semplice abbandono…
ora non ti perdono
Ma noi siamo quello che siamo
minuti di un tempo sprecato…
anime poco impermeabili
a bere questa pioggia che scende
Sono lividi e fiori… son lividi e fiori
che portiamo nel cuore…
sono lividi e spine e il dolore si sente…
E ho bisogno di aria e di ventilazione
fare due passi nella notte e scordare il tuo nome…
ne ho bisogno come respirare e nascondermi
in un niente solo fare e disfare… e un semplice abbandono
che ci sfugge di mano.
Pino Romanelli. Fare e disfare. Source : Pino Romanelli — site Internet.

C’est toi qui ne demande pas la permission
Tu es entrée et sortie de la même manière
Parfois m’effleurant à peine
Parfois comme si je n’étais pas là…
Je ne supporte pas les excuses
S’excuser c’est comme avoir peu de mémoire
Tes silences font mal
Ils laissent des traces, je ne te pardonne pas.
Ils sont autant de bleus et de fleurs, des bleus et des fleurs
Que nous portons dans le cœur…
Ce sont des bleus et des épines, et la douleur est là.
Et j’ai besoin d’air, et j’ai besoin
De faire quelques pas dans la nuit et d’oublier ton nom.
J’en ai besoin autant que de respirer. Besoin de me cacher
Dans un rien. Seulement faire et défaire
Dans un pur abandon…
En cet instant je ne te pardonne pas.
Mais nous sommes ce que nous sommes
Les minutes d’un temps gâché,
Des âmes perméables
Buvant cette pluie qui tombe.
Ce sont des bleus et des fleurs, des bleus et des fleurs
Que nous portons dans le cœur…
Ce sont des bleus et des épines, et la douleur est là.
Et j’ai besoin d’air, et j’ai besoin
De faire quelques pas dans la nuit et d’oublier ton nom…
J’en ai besoin autant que de respirer. Besoin de me cacher
Dans un rien. Seulement faire et défaire… Et d’un pur abandon
Qui nous glisse des mains.
Pino Romanelli. Faire et défaire, traduit de Fare e disfare (2004) par L. & L.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :