Skip to content

J’ouvrirai cette porte

30 mars 2014

— Qui sait, Mademoiselle, cela va peut-être cesser très vite pour vous, tout d’un coup, peut-être que ce sera cet été-ci, on ne sait jamais, que vous entrerez dans ce salon et que vous déclarerez que, désormais, le monde se passera de vos services.
[…]
— J’ouvrirai cette porte du salon, Monsieur, et voilà, ce sera fait d’un seul coup et pour toujours. […] Pourquoi cette tristesse tout à coup, Monsieur ? Voyez-vous une tristesse quelconque à ce qu’un jour il me faille ouvrir cette porte ? Trouvez-vous que cela n’est pas complètement désirable ?
— Non, Mademoiselle, cela me semble tout à fait désirable et même plus que ça. Si cela m’attriste un peu, il est vrai, lorsque vous parlez d’ouvrir cette porte, c’est que vous l’ouvrirez pour toujours, qu’ensuite, vous n’aurez plus à le faire jamais.

Marguerite Duras (1914-1996). Le square (1955). Gallimard, impr. 2007. (Folio ; 2136), ISBN 978-2-07-038224-8, pages 66-67.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :