Skip to content

L’automne

27 septembre 2013

S’acheminer tout doucement vers le branlebas de la déraison.
Robert Pinget (1919-1997). Taches d’encre (1997). Minuit, impr. 1997, ISBN 2-7073-1592-3. Page 36.

Couvent des Jacobins, Toulouse, avril 2013
Couvent des Jacobins, Toulouse, avril 2013.

2 commentaires leave one →
  1. 27 septembre 2013 15:28

    C’est qui celui qui a perdu sa tête? Bon oeil et bon pied?

    • 27 septembre 2013 16:03

      Sais pas. On dirait La Fontaine. Ou Boileau. Ou un notable toulousain peut-être, un magistrat, qui sait.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :