Skip to content

Un Z qui veut dire

11 janvier 2013

Ce matin nous avons pris l’atroce tgv de 5h23 pour Paris, quelques collègues et moi. Nous étions quatre et nous avions rendez-vous à la Bibliothèque nationale à 10 heures.

Nos interlocuteurs étaient sept, et sur ce nombre trois dont le nom de famille avait pour dernière lettre un z : une circonstance rarissime, stupéfiante. On ne saurait conclure à une simple coïncidence. Cela d’autant moins qu’on a su au cours de la journée que l’un de ces noms aurait dû se terminer en d. C’est au fait que le père, ou le grand-père ou l’aïeul, soit par inadvertance venu au monde en Savoie que le z est dû. Dans ce pays-là, qui que vous soyez, les officiers de l’état civil vous collent un z à la fin du nom lorsque vous y naissez.

On voit bien que la main du destin était à l’ouvrage.

Bibliothèque nationale de France (Paris), 11 janvier 2012 Bibliothèque nationale de France (Paris), 11 janvier 2012.

Ce soir je trouve dans la boîte aux lettres l’album de Sílvia Pérez Cruz 11 de novembre, commandé le 1er janvier.

11 de novembre : 11/11. Commandé le 1er janvier : 1/1. Reçu le 11 janvier : 11/1.

Alors ?

L. & L.

2 commentaires leave one →
  1. Lilee permalink
    12 janvier 2013 00:42

    Le hazard n’existe pas… Volontairement, avec un z…

  2. 17 janvier 2013 18:58

    Piez de nez dez hazards de la viz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :