Skip to content

Déambulations romaines. 2

4 janvier 2013

Vue (vers l'ouest) depuis San Gregorio in Celio, Rome (Italie), 25 décembre 2012 Rome (Italie). Vue (vers l’ouest) depuis San Gregorio in Celio, 25 décembre 2012.

Rome (Italie), anciens abattoirs du Testaccio (aujourd'hui Macro, Musée d'art contemporain de Rome), 25 décembre 2012 Rome (Italie), anciens abattoirs du Testaccio (aujourd’hui Macro, Musée d’art contemporain de Rome), 25 décembre 2012.

Rome (Italie), quartier du Testaccio, 25 décembre 2012 Rome (Italie), quartier du Testaccio, 25 décembre 2012.

Rome (Italie), via del Campo Boario, 25 décembre 2012 Rome (Italie), via del Campo Boario, 25 décembre 2012.

Rome (Italie), quartier du Testaccio, 25 décembre 2012 Rome (Italie), quartier du Testaccio, 25 décembre 2012.

Rome (Italie), quartier du Testaccio, 25 décembre 2012 Rome (Italie), quartier du Testaccio, 25 décembre 2012.

[Ninetto-Otello] — Et ces choses là-haut, qu’est-ce que c’est ?
[Totò-Iago] — Ces choses, c’est…, c’est les nuages !
[Ninetto-Otello] — Et c’est quoi, les nuages ?
[Totò-Iago] — Ben…
[Ninetto-Otello] — Qu’est-ce qu’ils sont beaux, qu’est-ce qu’ils sont beaux ! Qu’est-ce qu’ils sont beaux !
[Totò-Iago] — Ah, déchirante et merveilleuse beauté de la création !

Pier Paolo Pasolini (1922-1975), réalisateur. Che cosa sono le nuvole? (1968), partie du film à sketches Capriccio all’italiana (1968). Extrait : chanson Che cosa sono le nuvole? (paroles de Pier Paolo Pasolini, musique de Domenico Modugno), interprétée par Domenico Modugno (l’éboueur) ; avec Totò (Iago), Ninetto Davoli (Otello), Laura Betti (Desdemona), et d’autres.

Che io possa esser dannato
se non ti amo
e se così non fosse
non capirei più niente
tutto il mio folle amore
lo soffia il cielo
lo soffia il cielo
così

Ah! Malerba suavemente delicata
di un profumo che da gli spasimi!
ah! tu non fossi mai nata
tutto il mio folle amore
lo soffia il cielo
lo soffia il cielo
così

Il derubato che sorride
ruba qualcosa al ladro
ma il derubato che piange
ruba qualcosa a se stesso
perciò io vi dico
finché sorriderò
tu non sarai perduta

Ma queste son parole
e non ho mai sentito
che un cuore, un cuore affranto
si cura con l’udito
e tutto il mio folle amore
lo soffia il cielo
lo soffia il cielo
così
Pier Paolo Pasolini (1922-1975). Che cosa nono le nuvole?

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :