Aller au contenu principal

Luis Cernuda | Despedida. Celeste Rodrigues | Meu corpo

14 juin 2019

la calle, sola a medianoche,
Doblaba en eco vuestro paso.
Llegados a la esquina fue el momento:
Arma presta, el espacio.

Eras tú quien partía,
Fuiste primero tú el que rompiste,
Así el ánima rompe sola,
Con terror a ser libre.

Y entró la noche en ti, materia tuya
Su vastedad desierta,
Desnudo ya del cuerpo tan amigo
Que contigo uno era.
Luis Cernuda (1902-1963). Despedida, extrait de Poemas para un cuerpo (1957).

………

La rue, vide à minuit,
Doublait en écho votre pas.
Arrivés au coin, ce fut le moment :
Arme preste, l’espace.

C’était toi qui partais,
Ce fut toi le premier à rompre.
Ainsi l’âme rompt seule,
Dans la terreur d’être libre.

En toi la nuit entra, ta matière
Son étendue déserte,
Dépouillé du corps tant aimé,
Qui avec toi ne faisait qu’un.
Luis Cernuda (1902-1963). Adieux, traduit de Despedida par Bruno Roy. Extrait de : Poèmes pour un corps (1957).
Dans : Poèmes pour un corps / Luis Cernuda ; [illustrations de] Luis Caballero ; [texte français de Bruno Roy]. France : Fata Morgana, impr. 2010. Bilingue espagnol français. ISBN 978-2-85194-781-9. P. 9.

Celeste Rodrigues (1923-2018) | Meu corpo. José Carlos Ary dos Santos, paroles ; Fernando Tordo, musique.
Celeste Rodrigues, chant ; Bernardo Couto, guitare portugaise ; Diogo Clemente, guitare classique (viola de fado) et direction musicale ; Nando Araujo, basse acoustique.
Vidéo : extrait du spectacle Cabelo branco é saudade, créé au Teatro Nacional São João, mis en scène par Ricardo Pais. 2005.

Se ouvires o chorar duma criança
Ou um grito de vingança, sou eu

Sou eu, de cabelo solto ao vento
Com olhar e pensamento no teu
Sou eu, na raíz do sofrimento
Contra ti e contra o tempo, sou eu
José Carlos Ary dos Santos (1937-1984). Meu corpo (extrait).

………

Si tu entends un enfant qui pleure
Ou un cri de vengeance, c’est moi.

C’est moi, les cheveux au vent
Les yeux et la tête pleins de toi
C’est moi, à la racine de la souffrance
Contre toi et contre le temps, c’est moi !
José Carlos Ary dos Santos (1937-1984). Mon corps (extrait), traduit de : Meu corpo par L. & L..

No comments yet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :