Skip to content

Caetano Veloso | Itapuã

28 avril 2017

Saudades. Nostalgie d’un temps révolu — celui d’un bonheur fulgurant — et du lieu où ce bonheur éclatait ; ce temps était celui de la jeunesse, révolue elle aussi. Souvent, voilà ce que chantent les fados.

Parfois aussi des chansons brésiliennes, par exemple Saudades de Itapoã, de Dorival Caymmi. Caetano Veloso l’a chantée cette chanson-là, car Itapuã, ce quartier de Salvador de Bahia, est lié à sa propre jeunesse autant qu’à celle de son aîné.

Plus tard, comme un hommage délicat à son prédécesseur et à cette chanson qu’il a chantée, il en a lui-même écrit une sorte de paraphrase personnelle, faite des saudades de sa propre jeunesse et d’un bonheur inoubliable vécus là, dans ce même lieu : Itapuã.

Cette chanson nouvelle s’appelle Itapuã tout court.

D’Itapuã elle évoque non la plage bordée de cocotiers, chère à Caymmi, mais la boue, les algues, les maisons laides, la pleine lune se reflétant dans l’étang d’Abaeté. Il y a un amour aussi à Itapuã, celui de sa compagne d’alors Andréa Gadelha, « Dedé » (« Ela foi a minha guia quando eu era alegre e jovem » : elle a été mon guide quand j’étais insouciant et jeune). Il y a un tout petit enfant, leur fils Moreno (« nosso fruto do futuro » : notre fruit du futur).

Caetano Veloso | Itapuã. Caetano Veloso, paroles et musique.
Caetano Veloso, chant, guitare ; Torquato Mariano, guitare ; Arthur Maia, basse ; Marie Springuel, alto ; Alceu Reis, Jorge Ranewsky, violoncelle ; Jaques Morelenbaum, violoncelle et arrangements des cordes ; Marcos Amma, congas ; Carlos Bala, batterie ; Moreno Veloso, voix.
Captation : Rio de Janeiro (Brésil), Metropolitan, 1995, dans le cadre des « Heineken concerts ».

La vidéo est extraite d’une captation d’un concert de 1995. Parmi les musiciens qui entouraient Caetano Veloso à cette occasion se trouvaient Ryuichi Sakamoto et Jaques Morelenbaum. C’est d’eux qu’il parle avant de chanter. Il avait 53 ans à cette époque de sa vie mais on lui voyait encore ce merveilleux profil égyptien qui lui a fait un si long usage, son sourire lumineux (vers 3:00 : « Nada estanca em Itapuã / Ainda sou feliz » : D’Itapuã rien ne s’épuise / Encore aujourd’hui je suis heureux).

Nosso amor resplandecia sobre as águas que se movem
Ela foi a minha guia quando eu era alegre e jovem
Nosso ritmo, nosso brilho, nosso fruto do futuro
Tudo estava de manhã
Nosso sexo, nosso estilo, nosso reflexo do mundo
Tudo esteve em Itapuã

 

Notre amour resplendissait sur les eaux mouvantes
Elle était mon guide et j’étais insouciant, j’étais jeune
Notre rythme, notre splendeur, notre fruit du futur,
Tout était comme un matin
Notre sexe, notre style, ce que nous reflétions du monde,
Ce tout, c’était Itapuã
Itapuã
Tuas luas cheias, tuas casas feias
Viram tudo, tudo
O inteiro de nós
Itapuã
Tuas lamas, algas
Almas que amalgamas
Guardam todo, todo
O cheiro de nós
Abaeté
Essa areia branca ninguém nos arranca
E` o que em deus nos fiz
Nada estanca em Itapuã
Ainda sou feliz

 

Itapuã
Les pleines lunes sur tes maisons laides
Ont tout vu de nous
Tout su de nous
Itapuã
La boue, les algues
Les âmes que tu amalgames
Gardent tout
De l’odeur de nous
Abaeté
Ce sable blanc personne ne nous l’enlèvera
C’est lui qui nous a faits en Dieu
D’Itapuã rien ne s’épuise
Je suis encore heureux
Itapuã
Quando tu me faltas, tuas palmas altas
Mandam um vento a mim
Assim: Caymmi
Itapuã
Quand tu me manques, tes palmes brandies
M’envoient dans un souffle de vent
Ce nom : Caymmi
Itapuã
O teu sol me queima e o meu verso teima
Em cantar teu nome
Teu nome sem fim

Ton soleil me brûle et mon poème s’entête
À chanter ton nom
Sans fin ton nom
Abaeté
Tudo meu e dela
A lagoa bela
Sabe, cala e diz
Eu cantar-te nos constela em ti
Eu sou feliz
Abaeté
Tout à moi, tout à elle
L’étang si beau
Le sait, le tait, le dit
Mon chant nous fait scintiller en toi
Je suis heureux
Ela foi a minha guia quando eu era alegre e jovem
Elle était mon guide et j’étais insouciant, j’étais jeune
Caetano Veloso.
Itapuã
(1991).
Caetano Veloso.
Itapuã
(1991). Traduction L. & L.

Un enregistrement studio d’Itapuã — avec la participation de Moreno Veloso, discrète mais voulue par son père — avait été publiée quatre ans auparavant dans l’album Circuladô (1991).

Caetano Veloso | Itapuã. Caetano Veloso, paroles et musique.
Caetano Veloso, chant, guitare ; Torquato Mariano, guitare ; Arthur Maia, basse ; Marie Springuel, alto ; Alceu Reis, Jorge Ranewsky, violoncelle ; Jaques Morelenbaum, violoncelle et arrangements des cordes ; Marcos Amma, congas ; Carlos Bala, batterie ; Moreno Veloso, voix.
Extrait de l’album : Circuladô / Caetano Veloso (Brésil, 1991).

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :