Skip to content

Duarte | Fado de novembro

6 novembre 2015

Un fado de saison.

Duarte | Fado de novembro. Duarte Coxo [Duarte], paroles ; musique traditionnelle (Fado menor) ; Duarte, chant ; instrumentistes non identifiés. Captation : lieu et dates non précisés (vers 2012).

Ça marche à tous les coups, le Fado menor, surtout lorsqu’il est bien interprété comme c’est le cas ici. Le chant est magnifique, la guitare portugaise remarquable. Duarte est originaire d’Évora, la capitale de l’Alentejo, terre de chant riche d’innombrables formations chorales, principalement masculines.

Fado novembro figure sur l’album Aquelas coisas da gente (2011), le deuxième publié par le chanteur. Il en a écrit les paroles, assez convenues mais à la métrique impeccable mettant bien en valeur le Fado menor, qui est à lui seul l’alpha et l’oméga du fado « castiço » (le fado traditionnel).

Surprise : Duarte se produira à Toulouse, accompagné par Pedro Amendoeira (guitare portugaise) et Rogério Ferreira (guitare classique), dans l’inconfortable salle bleue de l’espace Croix-Baragnon, le jeudi 10 décembre à 20h30 [programme de la saison (fichier .pdf)]. D’autres concerts sont prévus dans plusieurs villes de France en 2016.

Trago em todos os meus fados
Um não sei quê de saudade
Corações danificados
E dias sem ter vontade
 
Il y a dans tous mes fados
Un je ne sais quoi de saudade
Il y a des cœurs abîmés
Et des journées sans but.
Trago em todos os meus fados
Aquela melancolia
De quem anda sem cuidados
A fazer das noites dia
Il y a dans tous mes fados
Cette mélancolie
De ceux dont les nuits
Sont aussi longues que les jours.
Faço coisas que não digo
Digo coisas que não faço
Às vezes fado é castigo
Outras vezes é cansaço
Je fais des choses que je ne dis pas
Je dis des choses que je ne fais pas
Le fado est parfois punition
Il n’est parfois que lassitude.
Por cada fado que canto
Pago uma noite perdida
Mas se eu perdesse este canto
Perdia também a vida.
 
Chaque fado que je chante
Je le paie d’une nuit perdue
Mais si je perdais ce chant-là
Je perdrais aussi bien ma vie.
Duarte Coxo. Fado novembro (2005).
Duarte Coxo. Fado de novembre, traduit de Fado novembro (2005) par L. & L.

Internet :

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :