Skip to content

La pluie sur nous

7 septembre 2013

Le ciel versait des larmes ardentes. La terre se taisait sous son poids. Tout, alentour, n’était que douleur recueillie, antique colère, épouvante.
Anna Maria Ortese (1914-1998). Yeux obliques. Traduit de Occhi obliqui (1950) par Marguerite Pozzoli.
Dans : L’infante ensevelie, Actes Sud, impr. 2003. ISBN 2-7427-4457-6. Page 32.

Il cielo versava lagrime ardenti. La terra taceva sotto il suo peso. Tutto, intorno, era raccolto dolore, antica ira, spavento.
Anna Maria Ortese (1914-1998). Occhi obliqui (1950).

Dans : L’Infanta sepolta, a cura di Monica Farnetti, Adelphi, 2000. ISBN 978-88-459-1545-1. Page 35.

Camané. A noite e o dia / Jacinto Lucas Pires, paroles ; Alfredo Marceneiro, musique (fado CUF) ; Camané, chant ; José Manuel Neto, guitare portugaise ; Carlos Manuel Proença, guitare. Enregistrement audio extrait de : Camané, Sempre de mim, Portugal : EMI, ℗2008.

Ai foi o dia que invadiu a noite
ou foi a noite que invadiu o dia
a chuva contra o vidro, leve açoite
quase saudade ou triste alegria
Est-ce le jour qui s’est emparé de la nuit
Est-ce la nuit qui a conquis le jour ?
La pluie contre la vitre, qui frappe doucement
Presque saudade, ou bien triste bonheur.
Minha alma quieta em desassossego
já madrugada ou ainda manhã
nenhuma sombra sobre o mundo cego
e, no entanto, a escuridão que há
Mon âme sereine dans son intranquillité
Déjà l’aube, ou encore le matin
Nulle ombre sur le monde aveugle
Et pourtant, toute cette obscurité.
O tempo fraco ou o tempo forte
luz do que foi, dor do que há-de vir
simples vazio ou amor de morte
verdade a chuva e os céus a fingir
Le temps fragile ou le temps plein de force
Lumière de ce qui fut, douleur de l’avenir
Simple vide ou désir de mort
Vérité de la pluie, et mensonge des cieux.
Ai foi o dia que invadiu a noite
ou foi a noite que invadiu o dia
chove no meu destino, duro açoite
clara saudade ou negra alegria
Est-ce le jour qui s’est emparé de la nuit
Est-ce la nuit qui a conquis le jour ?
La pluie sur mon destin, qui frappe durement
Claire saudade ou bien sombre bonheur.
Jacinto Lucas Pires. A noite e o dia. Inspiré de Louise Bourgeois.
Jacinto Lucas Pires. La nuit et le jour, traduit de A noite e o dia par L. & L. Inspiré de Louise Bourgeois.


L. & L.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :