Skip to content

Amália — Queria escrever o fado mais bonito…

10 août 2011

Ana de Carvalho avait évoqué ces nuits dans l’hôtel parisien où Amália descendait lors de ses récitals à l’Olympia à la fin des années 80. Des nuits passées à chanter, à essayer de nouveaux morceaux, à parler — cela le moins fort possible pour ne pas déranger le sommeil des voisins (j’aurais bien aimé être empêché de dormir de pareille manière !).

Et voilà qu’on en trouve un témoignage sonore sur l’Internet : on y reconnaît, je ne crois pas me tromper, la voix d’Ana de Carvalho, qui traduit en français les commentaires d’Amália (a posteriori ?).

Et Amália, accompagnée de ses guitaristes, chante à mi-voix cette chanson très simple qu’elle semble découvrir, qu’elle n’a ensuite à ma connaissance jamais enregistrée en studio ni probablement donnée en concert, et dont on ne sait rien. Selon la personne qui a publié ce document elle aurait été écrite et composée, respectivement par Carlos Moutinho et Carlos Gonçalves, dans la maison que possédait Amália au Brejão, sur la côte de l’Alentejo.

Je ne sais pas comment de tels documents apparaissent sur l’Internet…

Queria escrever o fado mais bonito… / Amália Rodrigues, chant ; [Ana de Carvalho ?, voix ; Carlos Moutinho ?, paroles ; Carlos Gonçalves ?, musique]. Paris, vers 1986.

Queria escrever o fado mais bonito
Para tu cantares, pensando em mim
Fado que fosse riso e fosse grito
E quisesse dizer princípio e fim

Queria que fosse um fado cor de amor
Um fado cor de mar e cor de Tejo
Um fado com gaivotas e veleiros
E com todo o calor do Alentejo

Um fado de ternura, um fado alegre
Com cheiros de jasmim e de saudade
Com forma de [cruzeiro ?] e de azulejo
Com gritos de prisão e liberdade

Queria que fosse um fado, um fado barco à vela
Um fado [vinho ?], um fado de alecrim
Um fado que pudesse dar inteiro
Toda a saudade e dor que trago em mim
[Carlos Moutinho ?]

Je voudrais écrire le plus beau des fados
Pour que tu le chantes en pensant à moi
Un fado qui soit rire et qui soit cri
Un fado qui soit début et fin.

Ce fado serait couleur d’amour
Couleur de mer et couleur de Tage
Rempli de mouettes et de voiles
Et de toute la chaleur de l’Alentejo.

Un fado de tendresse, un fado de joie
Parfumé de jasmin et de saudade
Qui aurait forme de [croix ?] et d’azulejo
Et résonnerait de cris de prison et de liberté.

Je voudrais que ce soit un fado voilier
Un fado [vin ?], un fado romarin
Un fado dont chaque mot dirait
Ce qu’il y a en moi de saudade et de douleur.
[Carlos Moutinho ?]. Traduction Lili & Lulu

L. & L.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :