Skip to content

Fado et chanson napolitaine (2) — Era de maggio

1 décembre 2009

Au fond, une chanson napolitaine s’approche du fado si elle est chantée par un(e) fadiste véritable, j’entends par là quelqu’un qui soit immergé dans le fado, qui en ait assimilé la musicalité et la technique vocale prticulières en même temps que l’arrière-plan culturel.

Autre exemple, récent celui-ci : Era de maggio de Mísia (& Peppe Servillo, du groupe Avion travel) dans l’album Ruas, dont l’une des parties est consacrée à des musiques étrangères au fado, mais voisines de celui-ci — en tout cas jugées telles par Mísia.

Dans cette vidéo de making of se trouve également la ranchera Fallaste corazon — je n’aime pas tellement les rancheras, celle-ci ne fait pas exception. On n’a de surcroît qu’un bref aperçu de Era de maggio. (On peut l’écouter sur Deezer.)

En comparaison, voici la version — très italienne — de l’étonnante Mina (née en 1940) :

La même chose, façon bel canto, par le grandissimo tenore Tito Schipa (1888-1965), avec en prime Mandulinata ‘a Napule :

La tradition napolitaine, Roberto Murolo :

Ça en fait du monde !

Era de maggio e te cadéano ‘nzino,
a schiocche a schiocche, li ccerase rosse…
Fresca era ll’aria…e tutto lu ciardino
addurava de rose a ciento passe…

Era de maggio, io no, nun mme ne scordo,
na canzone cantávamo a doje voce…
Cchiù tiempo passa e cchiù mme n’allicordo,
fresca era ll’aria e la canzona doce…

C’était en mai, et les cerises vermeilles
Tombaient dans ton giron à pleines poignées
L’air était frais … et les roses du jardin
Embaumaient à cent pas…

C’était en mai, moi non je ne l’oublie pas,
Nous chantions une chanson à deux voix
Plus le temps passe et plus je m’en souviens,
L’air était frais, et douce la chanson.

Era de maggio (1885) / musique Salvatore Di Giacomo ; paroles Mario Pasquale Costa

Pour le plaisir (le mien en tout cas), terminons par Peppe Servillo, à nouveau en duo, avec Gigliola Cinquetti cette fois, une personne et une chanteuse élégante je trouve, au style vocal situé aux antipodes de celui du fado, et donc fort différent de celui de Mísia. Les voix se marient parfaitement : très joli duo, réalisé en direct sur un plateau de télévision, à la fin d’une émission animée par la Cinquetti elle-même, chapeau. La chanson s’appelle Abbassando (paroles et musique Peppe Servillo) — et il ne s’agit plus de chanson napolitaine, et encore moins de fado :

L. & L.

2 commentaires leave one →
  1. EmmanuelleT permalink
    8 mai 2014 11:08

    Ce serait si beau d’y ajouter la version inégalable de Lina Sastri…

    • 8 mai 2014 11:14

      Lina Sastri, il faudrait un billet rien que pour elle je crois. C’est une idée, oui.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :