Aller au contenu principal

Mayte Martín • El lenguaje de las flores

21 décembre 2020

Mayte Martín. Pura emoción, elegancia, perfección. La semana pasada, en Madrid, cantando a García Lorca y Enrique Morente.

Mayte Martín. Émotion pure, élégance, perfection. La semaine dernière, à Madrid, chantant García Lorca et Enrique Morente.

Mayte MartínEl lenguaje de las flores. Vers de Federico García Lorca ; Enrique Morente, musique.
Mayte Martín, chant ; Alejandro Hurtado & José Tomás, guitare ; Marta Cardona, violon ; Miguel Ángel Cordero, contrebasse ; David Domínguez, percussion.
Hommage de Mayte Martín à Enrique Morente. Extrait du concert « Déjà vu » de la chanteuse donné dans le cadre du Festival Suma Flamenca 2020, Madrid (Espagne), Teatros del Canal, Sala roja, 17 décembre 2020.
Vidéo : pas d’information d’auteur. Mise en ligne : 19 décembre 2020.

Madre, llévame a los campos
con la luz de la mañana
a ver abrirse las flores
cuando se mecen las ramas.
Mère, emmène-moi aux champs
Dans la clarté du matin
Pour voir les fleurs éclore
Dans le doux balancement des branches.
Abierta estaba la rosa
con la luz de la mañana;
tan roja de sangre tierna,
que el rocío se alejaba;
tan caliente sobre el tallo,
que la brisa se quemaba;
¡tan alta!, ¡cómo reluce!
¡Abierta estaba!
Éclose était la rose
Dans la clarté du matin ;
Si rouge de tendre sang
Que la rosée se retirait ;
Si ardente sur sa tige
Que la brise s’y brûlait ;
Si haute ! Quel éclat !
Éclose elle était !
Mil flores dicen mil cosas
para mil enamoradas,
y la fuente está contando
lo que el ruiseñor se calla.
Mille fleurs disent mille choses
Pour mille amoureuses
Et la source raconte
Ce que tait le rossignol.
Abierta estaba la rosa
con la luz de la mañana;
tan roja de sangre tierna,
que el rocío se alejaba;
tan caliente sobre el tallo,
que la brisa se quemaba;
¡tan alta!, ¡cómo reluce!
¡Abierta estaba!
Éclose était la rose
Dans la clarté du matin ;
Si rouge de tendre sang
Que la rosée se retirait ;
Si ardente sur sa tige
Que la brise s’y brûlait ;
Si haute ! Quel éclat !
Éclose elle était !
……… ………
Federico García Lorca. El lenguaje de las flores, fragments de la pièce de théâtre Doña Rosita la soltera o El lenguaje de las flores (1935).
Federico García Lorca. Le langage des fleurs, fragments de la pièce de théâtre Doña Rosita, la célibataire (1935). Traduction L. & L.

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :