Aller au contenu principal

Lisbonne. Dans ces flots de décembre.

20 décembre 2020

Nous irons à Lisbonne
Âme lourde et cœur gai,
Cueillir la belladone
Aux jardins que j’avais.
Robert Desnos (1900-1945). Siramour (extrait). Dans Fortunes (1942), Gallimard, 1942, pages 11-13.

Silêncio : vozes de Lisboa (bande-annonce). Judit Kalmár & Céline Coste Carlisle, réalisation ; Céline Coste Carlisle, idée originale ; Tamara González, production exécutive ; Ivone Dias, Marta e Miranda, Jean Marc Pablo, … etc., participants.
Production : Portugal : Charneca Bubble, Céline Coste Carlisle, Judit Kalmár, 2019. Sortie du film : 2020 (Portugal).
Traduction française du titre : Silence : voix de Lisbonne.
« Alfama não cheira a fado / Mas não tem outra canção » : « Alfama ne sent pas le fado / Mais n’a pas d’autre chanson » : ce sont les derniers vers d’un fado d’Amália, que chante Marta e Miranda, du groupe Oquestrada, dans ce film dont le sujet est la disparition de l’Alfama populaire et fadiste d’autrefois, gangrénée par la « gentrification » du quartier, sa transformation en logements pour touristes.

Semez, semez la graine
Aux jardins que j’avais.
Je parle ici de la sirène idéale et vivante,
De la maîtresse de l’écume et des moissons de la nuit
Où les constellations profondes comme des puits grincent de toutes
leurs poulies et renversent à pleins seaux sur la terre et
le sommeil un tonnerre de marguerites et de pervenches.
Nous irons à Lisbonne, âme lourde et cœur gai
Cueillir la belladone aux jardins que j’avais,
Je parle ici de la sirène idéale et vivante,
Pas la figure de proue mais la figure de chair,
La vivante et l’insatiable,
Vous que nul ne pardonne,
Âme lourde et cœur gai,
Sirène de Lisbonne,
Lionne rousse aux aguets.
Je parle ici de la sirène idéale et vivante.
Jadis une sirène
À Lisbonne vivait.
Semez, semez la graine
Aux jardins que j’avais.

Que Lisbonne est jolie.
La fumée des vapeurs
Sous la brise mollie
Prend des formes de fleurs.

Nous irons à Lisbonne
Âme lourde et cœur gai,
Vous que nul ne pardonne,
Lionne rousse aux aguets.

Semez, semez la graine,
Je connais la chanson
Que chante la sirène
Au pied de la maison.

Nous irons à Lisbonne
Âme lourde et cœur gai,
Cueillir la belladone
Aux jardins que j’avais.

Il est minuit très noire,
La nuit toutes les fleurs
Versez, versez à boire
Sont de même couleur.

Je connais la sirène
Je connais sa chanson :
Voyez sa robe traîne
Et charme les poissons.

Mais la graine qui germe
Connaîtra pas ses fleurs.
Chaque jour a son terme,
Chaque amour ses douleurs.

Tout en elle est semblable à l’eau, son élément,
Mais à l’eau de montagne et qui glace les membres
Du nageur qui s’y risque et devient son amant :
Il souffre. Il sombre. Il meurt dans ces flots de décembre.

[…]
Robert Desnos (1900-1945). Siramour (extrait). Dans Fortunes (1942), Gallimard, 1942, pages 11-13.

Lisbonne, quartier d'Alfama = Lisboa, bairro de Alfama, 19 mars 2017
Lisbonne, quartier d’Alfama = Lisboa, bairro de Alfama, 19 mars 2017

2 commentaires leave one →
  1. 20 décembre 2020 12:45

    Lindo! Obrigada.

Répondre à L. & L. Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :