Skip to content

Jusqu’à nous anéantir

19 juillet 2016


Porque volta tudo ao mar
Mesmo sem ter de voltar?
Voltam por nós, meu amor.
Porque parte tudo um dia
O que nos lábios ardia
Até não sermos ninguém?
Tudo é água que corre
De cada vez que nos morre
Nasce um pouco mais além.

João Monge. Paixões diagonais.

Pourquoi tout retourne-t-il à la mer
Sans même le vouloir ?
C’est pour nous, mon amour.
Pourquoi tout s’en va-t-il un jour,
— Ce qui embrasait nos lèvres
Jusqu’à nous anéantir ?
Tout est fleuve qui s’écoule
Et ce qui meurt en nous
Renaît ailleurs, mon amour.

Ainsi paraît la gloire du monde.

Trento (Italia) = Trente (Italie), 7 juillet 2016

Ainsi passe-elle.

Trento (Italia) = Trente (Italie), 7 juillet 2016

Détruite, limon emporté par le fleuve jusqu’à la mer.


Mísia | Paixões diagonais . João Monge, paroles ; Miguel Ramos, musique (fado Miguel).
Mísia, chant ; José Manuel Neto, guitare portugaise ; Ricardo Dias, accordéon ; autres instrumentistes non identifiés.
Vidéo probablement extraite du DVD Fado today, Mísia, Ana Maria Bobone (Pays-Bas : Immortal, 2004).

Do que fala a madrugada
O murmúrio na calçada
Os silêncios de licor?
Do que fala a nostalgia
De uma estrela fugidia?
Falam de nós, meu amor.
Do que sabem as vielas
E a memória das janelas
Ancoradas no sol-pôr?
Do que sabem os cristais
Das paixões diagonais?
Sabem de nós, meu amor.
Porque volta esta tristeza
O destino à nossa mesa
O silêncio de um andor?
Porque volta tudo ao mar
Mesmo sem ter de voltar?
Voltam por nós, meu amor
Porque parte tudo um dia
O que nos lábios ardia
Até não sermos ninguém?
Tudo é água que corre
De cada vez que nos morre
Nasce um pouco mais além.
De quoi parlent l’aube,
Le murmure sur le pavé
Les silences de liqueur ?
De quoi parle la nostalgie
D’une étoile fugitive ?
Ils parlent de nous, mon amour.
Que savent les rues ?
De quoi se souviennent les fenêtres
Ancrées dans le couchant ?
Et que connaissent les cristaux
Des passions diagonales ?
Ils nous connaissent, mon amour.
Pourquoi cette tristesse revient-elle ?
Et le destin à notre table ?
Les saints muets des processions ?
Pourquoi tout retourne-t-il à la mer
Sans même le vouloir ?
C’est pour nous, mon amour.
Pourquoi tout s’en va-t-il un jour,
— Ce qui embrasait nos lèvres
Jusqu’à nous anéantir ?
Tout est fleuve qui s’écoule
Et ce qui meurt en nous
Renaît ailleurs, mon amour.
João Monge. Paixões diagonais.
João Monge. Passions diagonales, traduit de : Paixões diagonais, par L. & L.

………

Trento (Italia) = Trente (Italie), 7 juillet 2016

One Comment leave one →
  1. Adalhard permalink
    29 juillet 2016 22:23

    Merci (à nouveau) pour la mise en ligne – et la traduction – de ce poème.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :