Skip to content

En voyage

23 août 2014

Quelle étrangeté que d’avoir une correspondance ferroviaire là où on vit. D’y passer sans s’y arrêter. Une heure d’attente à Montpellier, en réalité un peu moins, le train venant de Lyon a du retard.

Foule d’été dans les gares du Sud.

Un garçon de 20 ans, 22 ans attend, pas plus grand qu’un enfant, une jolie musculature, les fesses, le buste, un visage d’enfant confiant, un sourire illuminant qui lui vient inopinément — il téléphone. Il est comme un animal familier.

Voici l’ami attendu : moins ravissant, de hauteur identique exactement ; dans ses yeux l’intuition de l’amertume de la vie.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :