Skip to content

Sílvia Pérez Cruz, Lluís Llach, Pep Guardiola — Ara mateix

6 avril 2013

J’ai lu quelque part, dans Les Inrocks je crois, que c’est grâce à cette participation au concert Les nostres cançons contra la sida à Barcelone l’an dernier, aux côtés de Lluís Llach et du spectaculaire Pep Guardiola, que Sílvia Pérez Cruz s’est acquis subitement une très grande notoriété en Catalogne. (Moi-même c’est par cette vidéo que j’ai fait la découverte tardive de cette artiste stupéfiante, le 1er janvier dernier, dans la soirée.)

Ara mateix (À l’instant, littéralement Maintenant même), composée par Lluís Llach sur un très long poème de Miquel Martí i Pol, date de 1982. La version originale, qui figure sur l’album I amb el somriure, la revolta (Et avec le sourire, la révolte) publié par le même Lluís Llach, dure 16 minutes 21. Ceci n’en est donc qu’un extrait, suffisamment explicite toutefois pour que le public mêle spontanément à ses applaudissements fracassants les cris Independència! Independència! — chose qui semble incongrue alors que le concert est organisé contre le sida (voir le texte du poème et sa traduction ci-dessous).

Le désir d’indépendance de la Catalogne, qui est très ancien, s’est brusquement accru récemment, suite à l’invalidation partielle par l’État espagnol (en 2011) de la réforme du Statut d’autonomie de 1978 négociée entre la Generalitat et Madrid en 2006, et approuvée par un référendum organisé sur le territoire catalan. Il se nourrit en outre, à la faveur de la crise, de motifs économiques et fiscaux.

Sílvia Pérez Cruz, Lluís Llach, Pep Guardiola. Ara mateix / Miquel Martí i Pol, paroles ; Lluís Llach, musique ; Sílvia Pérez Cruz, chant ; Lluis Llach, chant et piano ; Pep Guardiola, voix. Captation : Barcelone, Palau Sant Jordi, 8 juin 2012, concert Les nostres cançons contra la sida.

Ara mateix enfilo aquesta agulla
amb el fil d’un propòsit que no dic
i em poso a apedaçar. Cap dels prodigis
que anunciaven taumaturgs insignes
no s’ha complert, i els anys passen de pressa.
De res a poc, i sempre amb vent de cara,
quin llarg camí d’angoixa i de silencis.
I som on som; més val saber-ho i dir-ho
i assentar els peus en terra i proclamar-nos
hereus d’un temps de dubtes i renúncies
en què els sorolls ofeguen les paraules
i amb molts miralls mig estrafem la vida.
De res no ens val l’enyor o la complanta,
ni el toc de displicent malenconia
que ens posem per jersei o per corbata
quan sortim al carrer. Tenim a penes
el que tenim i prou: l’espai d’història
concreta que ens pertoca, i un minúscul
territori per viure-la. Posem-nos
dempeus altra vegada i que se senti
la veu de tots solemnement i clara.
Cridem qui som i que tothom ho escolti.
I en acabat, que cadascú es vesteixi
com bonament li plagui, i via fora!,
que tot està per fer i tot és possible.
Miquel Martí i Pol (1929-2003). Ara mateix (extrait), contenu dans L’àmbit de tots els àmbits (1980).

…………

À l’instant j’enfile cette aiguille
avec le fil d’un propos que je tais
et je me mets à rapiécer. Aucun des miracles
qu’annonçaient les éminents thaumaturges
ne s’est accompli, et les années défilent.
Du néant aux miettes, toujours face au vent,
quel long chemin d’angoisses et de silences.
Nous en sommes là : mieux vaut le savoir, le dire,
avoir les pieds sur terre et se proclamer
héritiers d’une ère de doutes et d’abandons
dans laquelle les bruits étouffent les mots
et les nombreux miroirs nous déforment la vie.
Nostalgie et complainte nous sont inutiles
comme la touche d’indifférente mélancolie,
le gilet ou la cravate que nous mettons
pour sortir. Nous avons si peu et nous
n’avons que cela : un espace d’histoire
concrète qui nous est dévolu, et un minuscule
territoire pour la vivre. Relevons-nous
encore une fois et faisons tous entendre
notre voix de manière solennelle et claire.
Crions qui nous sommes et tous l’entendrons.
Après tout que chacun s’habille
comme bon lui semble, et en avant !
Tout reste à faire, et tout est possible.

Miquel Martí i Pol (1929-2003). Ara mateix = À l’instant (extrait), contenu dans L’àmbit de tots els àmbits = Le domaine de tous les domaines (1980). Traduction : Patrick Gifreu, dans : Miquel Martí i Pol. Joie de la parole, Orphée-La différence, impr. 1993, p. 95-97. ISBN 2-7291-0891-2.

L. & L.

…………

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :