Skip to content

Luis Cernuda — Salvador

14 décembre 2012

Salvador

Sálvale o condénale,
Porque ya su destino
Está en tus manos, abolido.

Si eres salvador, sálvale
De ti y de él ; la violencia
De no ser uno en ti, aquiétala.

O si no lo eres, condénale,
Para que a su deseo
Suceda otro tormento.

Sálvale o condénale,
Pero así no le dejes
Seguir vivo, y perderte.

Luis Cernuda (1902-1963). Salvador, extrait de : Poemas para un cuerpo (1951).

Sauveur

Sauve-le ou condamne-le,
Car déjà son destin
Est entre tes mains, aboli.

Si tu es sauveur, sauve-le
De toi et de lui ; la violence
De n’être un en toi, apaise-la.

Ou si tu ne l’es pas, condamne-le
Afin qu’à son désir
Succède un autre tourment.

Sauve-le ou condamne-le,
Mais ne le laisse ainsi
Vivre encore et te perdre.

Luis Cernuda (1902-1963). Salvador, extrait de : Poemas para un cuerpo (1951). Traduction Bruno Roy. Fata Morgana, 1985 et 2010.

Luis Cernuda (1902-1963). Poèmes pour un corps. Bilingue, trad. Bruno Roy, ill. Luis Caballero. Fata Morgana, 2010.Luis Cernuda (1902-1963)
Poemas para un cuerpo (1951). Espagnol et traduction française (Roy)

Poèmes pour un corps / Luis Cernuda ; [illustrations] Luis Caballero ; texte français de Bruno Roy. — Fata Morgana, 2010. — 49 p. ; 24 cm.
Bilingue.

ISBN 978-2-85194-781-9

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :