Skip to content

Un ange passe

10 mars 2012

Elles sont incompréhensibles les annonces dans les aéroports, quelle que soit la langue ; en anglais, en français, en espagnol, on attrape un ou deux mots au passage, c’est tout. L’annonceuse s’est mise à rire. D’abord un spasme, puis un vrai rire. Elle a dû s’interrompre pour récupérer son aptitude d’annonceuse, avant de reprendre calmement, mais la voix encore teintée d’une certaine couleur, son annonce destinée, cela on le comprenait, aux voyageurs à destination de Madrid. Les gens riaient, ceux de Madrid et les autres.

Sur ces entrefaites est apparue derrière le tuyau de la lance à incendie, tu sais ces tuyaux enroulés en une sorte de grosse bobine rouge pompier fixée à une paroi, une femme d’environ 65 ans, le corps tendant à s’écouler vers le bas, épaules, ventre, visage, tout, mais ce visage traversé d’un large sourire qui stoppait la chute des traits. Je me suis remis à rire aussi.

Installé à ma place dans l’avion, la femme est apparue, le même sourire sur le visage, même largeur, même hauteur, même forme exactement.

Elle avait dû sourire à un moment où l’ange passait, étant petite. Ça lui est resté.

Ce matin elle est à Lisbonne elle aussi, souriante.

Όμορφη πόλη [Omorfi póli] / Πέτρος Πανδής [Pétros Pandís], chant ; Γιάννης Θεοδωράκης [Giánnis Theodorákis], paroles ; Μίκης Θεοδωράκης [Míkis Theodorákis], musique. Captation : 2006.

Όμορφη πόλη φωνές μουσικές
απέραντοι δρόμοι κλεμμένες ματιές
ο ήλιος χρυσίζει χέρια σπαρμένα
βουνά και γιαπιά πελάγη απλωμένα

Θα γίνεις δικιά μου πριν έρθει η νύχτα
τα χλωμά τα φώτα πριν ρίξουν δίχτυα
θα γίνεις δικιά μου

Θα γίνεις δικιά μου πριν έρθει η νύχτα
τα χλωμά τα φώτα πριν ρίξουν δίχτυα
θα γίνεις δικιά μου

Η νύχτα έφτασε τα παράθυρα κλείσαν
η νύχτα έπεσε οι δρόμοι χαθήκαν.
Γιάννης Θεοδωράκης [Giánnis Theodorákis]. Όμορφη πόλη [Omorfi póli]. Source : stixoi.info.

Ville de beauté – voix – musiques
rues sans fin – regards volés
le soleil dore les mains qui se séparent
montagnes et échafaudages – la mer étale

Tu seras mienne avant que la nuit n’arrive
avant que les pâles lumières ne jettent leurs filets
Tu seras mienne

Tu seras mienne avant que la nuit n’arrive
avant que les pâles lumières ne jettent leurs filets
Tu seras mienne

La nuit est arrivée – les fenêtres se sont fermées
la nuit est tombée – les rues se sont perdues
Γιάννης Θεοδωράκης [Giánnis Theodorákis]. Ville de beauté. Source : stixoi.info.

L. & L.

Lisbonne, 10 mars 2012 Lisbonne, 10 mars 2012

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :