Skip to content

Amália Rodrigues — O rapaz da camisola verde

12 juin 2011

Jef Aérosol. Amália, rue de l'Arbalète, Paris
Jef Aérosol. Amália, rue de l’Arbalète, Paris.

[Pour écouter clique sur le triangle gris]
O rapaz da camisola verde / Amália Rodrigues, chant ; Pedro Homem de Mello, paroles ; Hermano da Câmara, musique ; José Fontes Rocha et Carlos Gonçalves, guitare portugaise ; Pedro Leal, guitare ; Joel Pina, guitare basse acoustique. EMI Valentim de Carvalho, 1972.

Amália chante toujours en pleine connaissance du texte autant que de la musique. Toujours. C’est pourquoi sa version du Rapaz da camisola verde inspire confiance, contrairement à celle de Zambujo, si rapide et guillerette, légère (voir : António Zambujo — O rapaz da camisola verde, on y trouvera aussi le poème et sa traduction). J’aimerais bien savoir s’il a pris la pleine mesure du « drame du poème » selon les mots d’Amália :

Só bastante mais tarde é que ouvi dizer que o Pedro Homem de Mello era bissexual. Pressenti alguma coisa no Rapaz da Camisola Verde, mas nunca me apercebi dessas coisas. Nunca tive contacto com coisas desse tipo. Tive sempre uma família da Beira Baixa, que usou saia comprida. Mas logo que ouvi falar dessas coisas, apercebi-me do drama do poema, de que eu gostava imenso. E que até nem é um poema triste.
Vítor Pavão dos Santos (1937-….)  & Amália Rodrigues (1920-1999). Amália : uma biografia. Contexto, 1987. P. 151.

C’est seulement bien plus tard que j’ai entendu dire que Pedro Homem de Mello était bissexuel. J’avais pressenti quelque chose dans O Rapaz da Camisola Verde, mais ces choses-là moi je ne les voyais pas. Je n’ai jamais été en contact avec ce genre de choses. Ma famille était de la Beira Baixa, les femmes portaient des jupes longues. Mais dès que j’en ai entendu parler, le drame du poème, que j’aimais beaucoup, m’est apparu. Et d’ailleurs ce n’est même pas un poème triste.

Ce passage de l’autobiographie d’Amália publiée en 1987 m’avait beaucoup amusé lorsque je l’ai lu pour la première fois. Tant de candeur et d’amour. Elle dit « bissexuel », pas « homosexuel » ; il est vrai que Pedro Homem de Mello était marié et a eu deux enfants. Comment faire autrement lorsqu’on est jeune dans les années vingt, trente, au Portugal ?

Par-dessus le marché Amália était, et reste, une icône gay comme on dit. Un sujet d’étonnement supplémentaire pour elle probablement — mais certainement pas un motif d’embarras.

L. & L.

4 commentaires leave one →
  1. Anne-Marie permalink
    13 juin 2011 16:45

    C’est drôle, je viens justement de les lire ce week-end, ces mots d’Amalia sur O rapaz da camisola verde, dans le petit livret que le Théâtre de la Ville de Paris lui a consacré à l’occasion de la candidature du fado au patrimoine de l’Unesco, et du jour de Camoès, pour lequel était organisé un beau spectacle de fados avec, dans l’ordre d’apparition, Ricardo Ribeiro, Carminho, Camané, Christina Branco et Carlos do Carmo : le premier, tout en force et en finesse, la seconde talentueuse très applaudie également (qui ne bêle plus du tout !), la sensibilité de Camané,Christina Branco pour une fois en vraie fadista, et le talent et même la gouaille du dernier, un vieux de la vieille, même s’il n’a pas su chanter Gaivota comme Amalia le faisait ni même comme Camané -mais c’est un fado pour une voix de femme, je trouve. Beaucoup de plaisir à entendre « ao vivo » ceux que je n’avais encore jamais vus, encore que je reconnais que Camané était moins à l’aise dans ses quatre morceaux choisis que le lendemain à Orléans où je l’ai réentendu dans un spectacle d’une heure et demie, devant une communauté portugaise pourtant bien froide comme toujours avant de s’enflammer, et là plus encore, réunie pour se retrouver plus que pour écouter du fado ! Chanter Ser aquele dans ces conditions, c’était donner de la confiture à des cochons, sans vouloir injurier personne !
    Pour en revenir à ton rapaz, si tu veux que je te dise ce que j’en pense, Zambujo le chante en séducteur d’hommes de sa génération, pas en vrai fadiste qu’il n’est pas, lui le garçon de l’Alentejo, et qui connaît moins le drame du poème que Homen de Mello, le moine bénédictin, ou Amalia, quoi qu’elle dise, sous la dictature portugaise. Quant à la marche, chantée par Amalia elle a un côté tragique et martial qui peut convenir à cette histoire d’hommes, mais qui se transforme en danse légère chez Zambujo, plus rien d’un fado, ni la voix ni la musique, c’est un fado travesti… Mais tu le reconnais toi-même, toi qui connaît la saudade..

    • lili-et-lulu permalink*
      20 juin 2011 17:48

      Et dire que je n’ai pas pu y être à ce spectacle au théâtre de la Ville ! J’en suis extrêmement désolé…

      Quant au rapaz, ce que tu dis de la version d’Amália est très juste.

      Zambujo, je ne pense pas qu’il cherche spécialement à séduire les hommes, ni en général, ni en particulier avec le rapaz. C’est justement pour cette raison que je me demande pourquoi il chante cette chanson-là, qui musicalement est jolie, sans plus ; c’est pour moi un mystère, au point que je me demande s’il connaît vraiment le poème et s’il le chante en toute connaissance de cause.

      Si c’était le cas, alors je le trouverais encore plus intéressant !

  2. 26 juin 2012 04:11

    aucun des artistes présentés au thêatre de la ville, méritent chanter le repertoire d’Amalia ou de Hermano da Câmara,car ils réussissent uniquement une chose:assassiner l’oeuvre faite! ce sont des fadistas à la carte, fabriqués par la mode du Fado,provoquée par la candidature du fado a patrimoine…

Trackbacks

  1. Ricardo Ribeiro & Pedro Jóia — Entrega « Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :