Skip to content

Celeste Rodrigues — Lavava no rio, lavava

2 octobre 2010

Lavava no rio, lavava / Celeste Rodrigues, chant ; Amália Rodrigues, paroles ; José Fontes Rocha, musique. 2004

Ça tu vois c’est magnifique : c’est Celeste Rodrigues, « Dona Celeste », dont le chant est devenu splendeur avec les années, à l’inverse du déroulement habituel de la vie. Ce fado, Lavava no rio, lavava appartient au répertoire de sa sœur Amália qui en a écrit les paroles et l’a enregistré en 1980 (Gostava de ser quem era, EMI). Mais qui sait si Amália l’a jamais interprété d’une manière aussi profondément émouvante, avec une telle chaleur, une telle sobre efficacité, une telle beauté ?

Lavava no rio, lavava
Gelava-me o frio, gelava
Quando ia ao rio lavar;
Passava fome, passava
Chorava, também chorava
Ao ver minha mãe chorar

Cantava, também cantava
Sonhava, também sonhava
E na minha fantasia
Tais coisas fantasiava
Que esquecia que chorava
Que esquecia que sofria

Já não vou ao rio lavar
Mas continuo a sonhar
Já não sonho o que sonhava
Se já não lavo no rio
Porque me gela este frio
Mais do que então me gelava?

Ai minha mãe, minha mãe
Que saudades desse bem
E do mal que então conhecia
Dessa fome que eu passava
Do frio que me gelava
E da minha fantasia

Já não temos fome, mãe
Mas já não temos também
O desejo de a não ter
Já não sabemos sonhar
Já andamos a enganar
O desejo de morrer
Lavava no rio, lavava / Amália Rodrigues

Je lavais le linge dans la rivière
Et le froid me gelait
Quand j’allais à la rivière
J’avais faim
Et je pleurais parfois
En voyant ma mère pleurer.

Je chantais aussi, je chantais
Et je rêvais aussi,
Dans ma fantaisie
J’imaginais tant de choses
Que j’oubliais avoir pleuré,
J’oubliais avoir eu mal.

À la rivière je ne vais plus
Mais je continue à pleurer,
Sans plus rêver ce que je rêvais
Ni laver dans la rivière.
Pourquoi ce froid qui me gèle toujours,
Bien plus qu’alors il me gelait ?

Ah ! ma mère, toi ma mère,
Quelle nostalgie de tout ce bien,
De ce mal que j’ai connu,
De cette faim que j’avais,
Du froid qui me gelait
Et de ma fantaisie !

Nous n’avons plus faim, ma mère,
Mais nous n’avons pas non plus
Le désir de ne plus avoir faim.
Nous ne savons plus rêver,
Et nous commençons déjà à trahir
Le désir de mourir.
Lavava no rio, lavava / Amália Rodrigues ; traduction Jean-Jacques Lafaye. Dans : Amália, le fado étoilé. — Mazarine, 2000. — ISBN 2-863-74319-8.

Celeste Rodrigues se produira jeudi prochain 7 octobre au Capitole de Gand (Belgique) en clôture du festival des Flandres dans un spectacle intitulé « O Fado! », en compagnie de Cristina Branco et de Raquel Tavares. Ça vaut le déplacement — mais il n’y a plus de billets disponibles semble-t-il.

Aucun enregistrement de Lavava no rio, lavava par Celeste Rodrigues n’a été publié, mais on peut écouter Fado Celeste, un album paru en 2007.

L. & L.

Rodrigues, Celeste
Fado Celeste

Fado -- Celeste Rodrigues. 2008Fado Celeste / Celeste Rodrigues, chant ; Pedro Amendoeira, guitare portugaise ; Pedro Pinhal, guitare ; Paulo Paz, guitare basse acoustique. — [Lisbonne] : Coast company, P 2007.

Coast company CTC 2990490. — EAN 8714691013615.

Disponible sur Amazon, Fnac (France)

Celeste Rodrigues — Site officiel
Celeste Rodrigues sur MySpace

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :