Skip to content

L’effet des creux poplités — Pier Paolo Pasolini

2 septembre 2010

Tu ne sais pas ce que c’est, un creux poplité ? Non, pas possible ! Je ne te crois pas.

Dans la rue, Montpellier, août 2010
Dans la rue, Montpellier, août 2010

Cela se passa à Belluno, j’avais un peu plus de trois ans. Les jambes des garçonnets qui jouaient dans le jardin public en face de chez moi me frappèrent, surtout la partie concave derrière le genou : là où, lorsqu’on plie la jambe en courant, les nerfs se tendent en un mouvement élégant et violent. Cela me subjuguait. Je voyais, dans ces nerfs agiles, un symbole de la vie que je n’avais pas encore atteinte : pour moi, ce mouvement d’adolescent en pleine course représentait le fait d’être grand. Aujourd’hui, je sais qu’il s’agissait d’un sentiment intensément sensuel. Si je le provoque à nouveau, je sens au plus profond de moi-même l’attendrissement, la douleur et la violence du désir.

Pasolini, Pier Paolo (1922-1975). Extrait des Cahiers rouges. Publié dans Douce et autres textes / traduit de l’italien par Marguerite Pozzoli. P. 15.

Douce et autres textes / Pier Paolo Pasolini. Actes Sud, 2000.Pasolini, Pier Paolo (1922-1975)
Douce et autres textes

Douce et autres textes / Pier Paolo Pasolini ; trad. de l’italien par Marguerite Pozzoli. — Arles : Actes Sud, 2000. — (Lettres italiennes).

Choix de textes traduits et extraits de Romanzi e racconti.
ISBN 2-7427-2535-0

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :