Aller au contenu principal

Elis Regina • Caça à raposa

16 avril 2022

« Mais, au fond de lui, [le renard] ressentit comme une stridente fêlure de gel » (Leonardo Sciascia, dans ses Fables de la dictature, voir le billet précédent). Voici une autre évocation de renard qui souffre : une étonnante chanson de João Bosco & Aldir Blanc, créée par Elis Regina en 1974. À noter que, en italien comme en portugais, le renard est un être du genre féminin : la volpe, a raposa.

Elis Regina (1945-1982)Caça à raposa. João Bosco & Aldir Blanc, paroles & musique.
Elis Regina, chant ; Natan Marques, guitare & guitare 12 cordes ; Luizão [Maia], basse ; Cézar Camargo Mariano, piano, piano électrique, clavecin, clavinet, orgue, phaser ; Toninho [Pinheiro], batterie ; Chico Batera, percussion, marimba ; Cézar Camargo Mariano, arrangements & direction.
Extrait de l’album Elis / Elis Regina. Brésil, ℗ 1974.


O olhar dos cães, a mão nas rédeas
E o verde da floresta
Dentes brancos, cães
A trompa ao longe, o riso
Os cães, a mão na testa:
O olhar procura, antecipa
A dor no coração vermelho
Senhoritas, seus anéis, corcéis
E a dor no coração vermelho
O rebenque estala, um leque aponta: foi por lá!…
Um olhar de cão, as mãos são pernas
E o verde da floresta
– Oh, manhã entre manhãs! –
A trompa em cima, os cães
Nenhuma fresta
O olhar se fecha, uma lembrança
Afaga o coração vermelho:
Uma cabeleira sobre o feno
Afoga o coração vermelho
Montarias freiam, dentes brancos: terminou…
Línguas rubras dos amantes
Sonhos sempre incandescentes
Recomeçam desde instantes
Que os julgamos mais ausentes
Ah, recomeçar, recomeçar
Como canções e epidemias
Ah, recomeçar como as colheitas
Como a lua e a covardia
Ah, recomeçar como a paixão e o fogo

Le regard des chiens ; la main tenant les rênes
Et le vert de la forêt.
Dents blanches, chiens ;
Le cor dans le lointain, le rire.
Les chiens, la main en visière :
Le regard scrute, anticipe
La douleur qui mord le cœur vermeil
Des demoiselles, leurs bagues, les chevaux
Et la douleur qui mord le cœur vermeil
Une cravache claque, un éventail montre : là-bas !
Le regard d’un chien, les mains comme des jambes
Et le vert de la forêt
— Oh, matin entre les matins ! —
Le cor par-dessus tout, les chiens,
Nulle fente [par où regarder]
Le regard se ferme, un souvenir
Caresse le cœur vermeil :
Une chevelure sur le foin
Noie le cœur vermeil
La chasse s’apaise, dents blanches : c’est fini…
Langues rouges des amants.
Des rêves qui couvaient encore
S’embrasent
Alors même qu’on les croyait éteints.
Ah, recommencer, recommencer,
Comme les chansons ou les épidémies !
Ah, recommencer comme les moissons,
Comme la lune et la lâcheté !
Ah, recommencer comme la passion et comme le feu !
João Bosco (né en 1946) & Aldir Blanc (1946-2020). A caça à raposa.
.
João Bosco (né en 1946) & Aldir Blanc (1946-2020). La chasse au renard, trad. par L. & L. de A caça à raposa.

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :