Aller au contenu principal

Eh bien, quoi ? C’est Paris.

26 octobre 2021

Elle aurait répondu à mes questions :
— Eh bien, quoi ? C’est Paris.
Elle aurait eu mille fois raisons. C’est Paris que je croyais connaître et dont j’ignorais le sexe et le mystère, c’est Paris méconnu et retrouvé, Paris avec son haleine et ses gestes, Paris et sa nuit souple et silencieuse, Paris et ses plis, Paris et ses visages.
Philippe Soupault (1897-1990). Les Dernières nuits de Paris (1928), Paris, Gallimard (Collection L’Imaginaire ; 374), 1997, ISBN 2-07-075163-5. Pages 87-88.

Colette Renard (1924-2010)Y a qu’Paris pour ça. Alexandre Breffort, paroles ; Marguerite Monnot, musique. Extrait d’Irma la douce, comédie musicale en deux actes d’Alexandre Breffort, musique de Marguerite Monnot, créée à Paris (théâtre Gramont) le 12 novembre 1956.
Colette Renard, chant ; accompagnement d’orchestre ; Raymond Legrand, direction.
France, ℗ 1956.

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :