Skip to content

Ana Moura — Leva-me aos fados (2010)

2 décembre 2010

Tu vois j’ai acheté ça le week-end dernier, Leva-me aos fados (« Emmène-moi aux fados ») d’Ana Moura. On ne peut pas dire que je sois en avance : l’album est paru en 2009 au Portugal, et il est disponible ailleurs depuis le mois d’avril. Je ne sais pas pourquoi j’ai fait cet achat. Pour relancer la consommation des ménages peut-être. Ou par manie de la collection ; c’est une pathologie tu sais.

Il y avait l’espoir d’être déçu en bien (je me cherche des raisons). Cela ne s’est pas produit. La voix est juste pourtant, le timbre n’est pas mal. De bons musiciens (parmi lesquels Custódio Castelo et l’éblouissant José Manuel Neto, tous les deux à la guitare portugaise) et quelques assez jolies chansons. Aucune étincelle, pas de fièvre, pas de merveille, voilà ce qu’il y a avec cet album. De mon point de vue il illustre ce constat lucide que fait Mísia quant à l’évolution de la scène moderne du fado :

Há excelentes vozes, mesmo as muito jovens, mas o que estão a fazer não é muito contemporâneo e comporta pouco risco e pouca reflexão. Não é culpa dessas pessoas. Imagino que devem ser pressionadas para aproveitarem o facto de o fado estar na moda.
[…]
Ultimamente o fado tem sido banalizado, feito espetáculo de variedades com sonoridades que se aplicam só porque é moderno.
Mísia. [Entretien]. Dans Portal do fado [en ligne], 13 novembre 2010. Consulté le 1er décembre 2010.

Il y a des voix remarquables, même les plus jeunes, mais ce que font ces chanteurs n’est pas très contemporain et témoigne d’une absence de prise de risques et de peu de réflexion. Ce n’est pas leur faute. Je suppose qu’on les presse de profiter du fait que le fado est à la mode.
[…]
Depuis quelque temps le fado est banalisé, il s’est transformé en spectacle de variétés, avec des sonorités qui ne sont utilisées que pour faire moderne.
Mísia. [Entretien] ; traduction Lili & Lulu. Dans Portal do fado [en ligne], 13 novembre 2010. Consulté le 1er décembre 2010.

Elle ne mettait peut-être pas Ana Moura dans le lot ; elle ne nomme personne.

Ce Caso arrumado (« Affaire classée »), est l’un des meilleurs morceaux de l’album. La mélodie est celle d’un fado traditionnel de Pedro Rodrigues connu simplement sous le nom de son auteur (Fado Pedro Rodrigues) :

Caso arrumado / Ana Moura, chant ; Manuela de Freitas, paroles ; Pedro Rodrigues, musique (Fado Pedro Rodrigues) ; Custódio Castelo et José Manuel Neto, guitare portugaise ; Jorge Fernando, guitare.

Ce n’était pas la peine d’en parler, franchement, si c’était pour en dire ça.

Le goût du bavardage probablement.

Et à toi, ça te plaît ?

L. & L.

Moura, Ana
Leva-me aos fados

Ana Moura -- Leva-me aos fados. 2009Leva-me aos fados / Ana Moura, chant ; Custódio Castelo et José Manuel Neto, guitare portugaise ; Jorge Fernando, guitare ; Filipe Larsen, guitare basse. — [Europe] : World village ; [France] : distribution Harmonia mundi distribution, P 2010.

Production : Universal music Portugal, P 2009.
World Village 468099. — EAN 713746809928.

Disponible sur Amazon, Fnac (France), CDGO
Télécharger sur Amazon, Fnac

En concert avec Rodrigo Leão (Festival Au fil des voix)
Jeudi 10 Février 2011, 20h30

Paris – Alhambra
21, rue Yves Toudic
75010 Paris
Tél : 01.40.20.40.25
29 € (prix indicatif)
Voir ce concert sur le site du théâtre

Ana Moura sur MySpace

3 commentaires leave one →
  1. 7 décembre 2012 11:51

    Bonjour

    Je trouve votre commentaire pertinent et à propos , comme il donne assez de réalités du monde du Fado. Il se trouve que je vis depuis une année au Portugal que je trouve un pays sympa à beaucoup d’égards bien que je peine à trouver des francophones intéressés par la culture et le théâtre – j’en produis des récitals de poésie – sauf à Lisbonne et encore ….
    Pourquoi pleurer sans raison , à moins que ça soit voulu comme titre de site ?!!
    Je vis au Sud , très proche de l’océan; l’ambiance invite à la réflexion , loin de l’agitation , souvent inutile , bien que je suis un animal très sociable ! Je suis à la recherche d’une comédienne francophone ou deux pour mon récital poétique EGYPTIUM que je peux donner à Lisbonne ou à Paris , après Genève et Lausanne en 2011
    Amitiés
    Alex Caire

    • 7 décembre 2012 21:07

      Merci pour vos réactions !

      Quant au titre du blog, « Je pleure sans raison que je pourrais vous dire » (ce qui est bien différent de « Je pleure sans raison »), il fait référence au Vice-consul de Marguerite Duras, à qui il rend modestement hommage.

      Amicalement

  2. 7 décembre 2012 21:40

    Merci de votre réponse

    Bonne fin d’année

    J’apprécie la référence à Duras que je connais en fait si peu

    J’espère rester en contact en ce qui touche la culture portugaise

    Suis lecteur de Saramago et Pessoa

    Je n’ai pas aborder Antunes pour le moment

    Bonne soirée

    Alex

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :