Skip to content

Le mot du jour

28 mars 2012

C’est sgretolare.

Non, tu ne pouvais pas le deviner, bien sûr que non, il y a tant de mots au monde.

Mais c’est un très joli mot tu ne trouves pas ? On pourrait se passer d’en connaître le sens. Seulement, il faut le dire à l’italienne, avec ce roulement particulier du r, qui ne ressemble pas à celui des autres langues qui usent du r roulé, et ce a très ouvert, lui aussi unique.

Il faudrait être italien soi-même.

Ce n’est pas à la portée de tout le monde.

Sgretolare s’entend dans cette chanson, Vado giù, par laquelle s’ouvre Complici, le dernier album de l’adorable duo Musica Nuda. Cet album est une friandise, une felicità.

Vado giù / Musica Nuda, ensemble vocal et instrumental (Petra Magoni, chant ; Ferruccio Spinetti, contrebasse) ; Luigi Salerno, paroles et musique. Extrait de Complici (2011).

L’accent tonique de ce verbe, sgretolare, change complètement de place lorsqu’on le conjugue : de l’avant-dernière syllabe (sgretolare) il passe à la première : sgretolo, sgretoli, etc., comme si le mot basculait vers l’avant, de sorte que la personne, moi, toi etc., dont la marque se trouve tout à la fin, à la dernière syllabe, semble de peu d’importance. C’est tout juste si on l’entend. En français c’est l’inverse : on commence par dire qui fait avant de dire ce qui est fait ou en train de se faire. Je sgrétole, tu sgrétoles, etc.

Sgrétoler non, ça n’existe pas en français. On a un autre mot pour ça.

En italien, ces mots qui sont accentués sur la syllabe antépénultième, comme dans une valse, on les appelle des parole sdrucciole (sdrucciole), des mots glissades, quelque chose comme ça. Ou des mots en pente, on peut le comprendre comme ça aussi. Cette chanson, Vado giù, en est truffée. C’est une valse.

E come fa
un uomo così piccolo
ad esser così forte
ad essere così?

E come fa
un gesto così timido
ad esser così libero?
come farà?

Dov’è che va
la vita quando non è qua
a mescolarsi l’anima o chissà?

E come fa
un giorno così semplice
a complicarsi tutto
che sembra di non farcela?

Come si fa
se non si può sorridere
se l’aria si fa spessa
se il tempo sembra cenere?

Dov’è che va
il pianto quando non è qua
a liberare l’anima o chissà?

Vado giù, vado giù, vado giù
a nascondermi e non lo so mica perché
forse per rimanere un po’ sola con me
per parlare con me

Vado giù, vado giù, vado giù
dove trovo la musica quando non c’è
cosa illumina l’anima dentro di me
devo andare a vedere giù in fondo che c’è

Vado giù, vado giù, vado giù
dove trovo la musica quando non c’è
cosa sgretola l’anima dentro di me                           <—– c’est là
devo andare a vedere giù in fondo che c’è

Vado giù, vado giù, vado giù
per difendere quello che resta di me
per sorprendermi a scrivere versi per te
per tornare a sorridere…
Luigi Salerno. Vado giù.

———

Comment ça se fait
Qu’un homme aussi petit
Puisse être aussi fort
Puisse être comme ça ?

Comment ça se fait
Qu’un geste aussi timide
Puisse être aussi libre
Comment ça se fait ?

Elle va où la vie
Quand elle n’est pas là
À se faire des nœuds ou Dieu sait quoi ?

Comment ça se fait
Qu’une journée aussi simple
Arrive à se compliquer la vie
Au point de n’arriver à rien ?

Comment on fait
Si on ne peut plus sourire
Si l’air devient épais
Si le temps est comme de la cendre ?

Elles s’en vont où les larmes
Quand elles ne sont pas là
Pour te libérer l’âme ?

Je descends, je descends, je descends
Je vais me cacher sans bien savoir pourquoi
Peut-être pour rester seule avec moi
Pour parler avec moi

Je descends, je descends, je descends
Là où je trouve la musique quand elle a disparu.
Pour voir ce qui m’illumine au-dedans de moi,
Il faut que je descende au fond de moi

Je descends, je descends, je descends
Là où je trouve la musique quand elle a disparu.
Pour voir ce qui me détruit au-dedans de moi
Il faut que je descende au fond de moi

Je descends, je descends, je descends
Pour défendre ce qui reste de moi
Pour me surprendre à écrire des vers pour toi
Et pour sourire à nouveau
Luigi Salerno. Vado giù. Traduction L. & L.

L. & L.

Musica Nuda — Site officiel
Musica Nuda sur Myspace

Musica Nuda
Complici (2011)

Musica Nuda. Complici (2011)Complici / Musica Nuda, ensemble vocal et instrumental (Petra Magoni, chant ; Ferruccio Spinetti, contrebasse). — France : Bonsai Music, 2011.
Durée : 45 min 51 s.

Bonsai BON 110301. — EAN 3149028001020.

One Comment leave one →
  1. 29 mars 2012 14:32

    Merci pour « sgretolare », et merci pour « Musica Nuda » : je les connais depuis un an seulement, mais j’attendais cette musique, et cette façon de la jouer, de la chanter, depuis toujours !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :