Aller au contenu principal

Florelle • Le roi d’Aquitaine (Marie Galante)

13 janvier 2021

Le roi d’Aquitaine est une chanson extraite de Marie Galante, pièce de théâtre de Jacques Deval (1890-1972) créée à Paris en décembre 1934, avec une musique de scène composée par Kurt Weill (1900-1950) — dont nous connaissons déjà J’attends un navire et Le grand Lustucru.

Dans la pièce, Le roi d’Aquitaine, qui a l’allure d’une chanson traditionnelle, est dévolu à Marie, le personnage principal de l’ouvrage, dont le rôle, à la création, était tenu par Florelle (1898-1974).

Florelle a enregistré à l’époque toutes les chansons de son personnage, bien que sur des arrangements de Wal-Berg, chef d’orchestre et compositeur extrêmement actif dans les années 30 et 40 surtout, et non sur l’instrumentation originale de Kurt Weill.

Florelle (1898-1974)Le roi d’Aquitaine. Roger Fernay & Jacques Deval, paroles ; Kurt Weill, musique. Extrait de la pièce de théâtre Marie Galante (1934), de Jacques Deval (1890–1972), d’après son roman éponyme (1931).
Florelle, chant ; accompagnement d’orchestre ; Wal-Berg, direction et arrangements.
Enregistrement : France, 15 décembre 1934. Publication : France, DL 1940.

Un canard gris, un canard bleu, un canard blanc.
Le gris marche derrière et le bleu va devant.
C’est le blanc le plus gros, je le vendrai vingt francs,
Le bleu est tout petit, je le vendrai six francs.

Le roi d’Aquitaine,
S’il vient au marché,
Pour servir la reine
M’enverra chercher.
Le roi d’Aquitaine
Me prendra la main,
Tant pis pour la reine
Demain.

Un prince gris, un prince bleu, un prince blanc.
Le blanc a des rubis et le bleu des diamants,
Le gris a sa couronne et son épée au flanc,
Le bleu m’aime le mieux et j’aime mieux le blanc.

Le roi d’Aquitaine
M’a vue au marché,
Tant pis pour la reine,
J’aurai un duché.
Le roi d’Aquitaine
Me prendra la main,
Tant pis pour la reine
Demain.
Roger Fernay (1905-1983) & Jacques Deval (1890-1972). Le roi d’Aquitaine. Extrait de Marie Galante, pièce de théâtre de Jacques Deval, musique de scène de Kurt Weill.

No comments yet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :